Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Trigonostigma heteromorpha, anciennement Rasbora heteromorpha (Arlequin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Trigonostigma heteromorpha, anciennement Rasbora heteromorpha (Arlequin)   Ven 4 Mar - 5:53


Photo /http://estalens.fr

Historique : L'espèce a été remarquée et décrite dans les années 1900 et plus précisément en 1904, par Duncker, puis importé en milieu aquariophile en 1906, par un certain Reichelt Julius à Berlin.
Habitat : Le milieu naturel de notre Arlequin est hétéroclite ,composé de petits cours d'eau claire ou ambrée, il vit aussi dans des zones marécageuses avec des débits très faible et des températures proches de 37°C, avec des valeurs  pH très bas 5,0, une Dureté très faible 1°dGH. La végétation principale de son biotope est composée de cryptocoryne, présent aussi sous les voutes épaisses de la forêt tropicale dont le fond des petites rivières sont recouverts de débris végétaux les plus divers.
Originaire : Sud de la Thaïlande, Singapour, ouest de la Malaisie dans l'état de Johore, dans les environs de Kualalumpur, et dans le nord-est de Sumatra en Indonésie.
Description : Le corps est trapu, assez comprimé latéralement, avec un dos très étiré. La tête, relativement petite, présente une bouche oblique et orientée vers le haut. La mâchoire inférieure est légèrement proéminente et dépourvue de barbillons. Les nageoires sont transparentes. La dorsale, l'anale et la caudale portent en générale une très légère coloration pourpre et  jaune à peine perceptible. Pour la forme de Sumatra, le corps est rose clair nuancé d'un bleu ou de brun-vert clair. Dans l'ensemble la coloration est particulièrement agréable, mais elle varie suivant le lieu de collecte. La plus attrayante provient de Malaisie; le corps est un scintillement de nuances rouges-rosées à violacés,  rehaussé d'écailles aux couleurs cuivrés. Du rouge-orangé apparaît au niveau du dos brunâtre. Le ventre blanc argenté a tendance à se colorer en rose pâle dans sa partie inférieure. L'iris de l’œil se teinte aussi de rouge rosé et derrière l'opercule se situe une petite raie bleu foncé.
Dimorphisme sexuel : La femelle est légèrement plus grande que le mâle. Une tache triangulaire bleu-noir ou violet foncé couvre la moitié arrière du corps en partant du dessous de la nageoire dorsale et se termine en pointe effilée sur le pédoncule caudale du mâle. Pour la femelle, cette pointe est moins prononcée et peut même être inexistante.
Comportement : Poisson grégaire, vivace, à maintenir en groupe d'une dizaine d'individus, seule condition pour ne pas qu'il importune les autres colocataires du bac. Quand il importune c'est souvent la cause d'un ennui. Un ordre hiérarchique se met en place obligatoirement au sein du groupe, pour tous les déplacements dans le bac. L'espèce est bien adaptée pour les bacs communautaires avec des pensionnaires calmes.
Milieu : Le volume du bac pour une bonne maintenance ne doit pas être inférieur à 150 litres. Rasbora heteromorpha, aime une végétation abondante et à fort développement, comme les Vallisneria gigantea, Cryptocoryne crispatulata, Crinum thaianum, Ceratopteris, de plus elles auront le rôle de diminuer l'intensité lumineuse. Elles seront disposées en arrière-plan et sur les côtés. Des plantes naines  en avant-plan comme; Cryptocoryne longicauda, C.ferruginea, Vesicularia dubyana. Le substrat est fait d'un mélange de sable de préférence sombre avec de la tourbe. Les valeurs de l'eau sont pH 6 à 6,5, Dureté de 1 à 8°dGH, pour une température de 26°C. Le renouvellement d'une partie de l'eau une fois par semaine d'une valeur de 20% est suffisant mais néanmoins nécessaire. La filtration est assurée par une pompe avec un débit d'environ 1 ½  à 2 fois  le volume de l'aquarium par heure, avec un rejet en surface pour une bonne oxygénation du milieu.
Reproduction : Avant de commencer cette phase, un bon nettoyage, avec un désinfectant classique s'impose pour le bac qui va recevoir les futurs reproducteurs. Le volume le plus adapté s'approche des 50 litres, placé relativement prêt d'une fenêtre pour recevoir les premiers rayons du matin. L’éclairage naturel est ici suffisant, puisque l'espèce aime une lumière tamisé. Certains aquariophiles utilisent de l'eau de pluie uniquement, mais dans une ville ou proche d'une usine le risque est trop élevé, mais c'est sûr il faut une eau très douce de 2 à 3°dGH, et acide pH 5,8 à 6,4. Dans ce cas l'osmoseur est utile pour obtenir les paramètres souhaités. La température de l'eau sera stabilisée à  26 – 27°C. Des plantes à feuillages large pour servir de support de ponte, et aussi une bonne épaisseur de mousse de Java, le fond de l'aquarium ne contient pas de sable et les occupants ne doivent pas apercevoir la couleur blanche d'un polystyrène de protection, entre ce dernier et la glace du fond,  il faut glisser une feuille de couleur sombre ou verte. Un petit filtre avec un exhausteur est suffisant. Il faut maintenant attendre patiemment pendant 3 semaines pour que le cycle de la nitrification puisse se dérouler. En attendant de sélectionner un couple jeune, la femelle ne doit pas dépasser les 15 mois, certains spécialistes sont même plus précis femelle entre 12 et 15 mois, et  mâle proche des 24 mois,   et les nourrirent  profusément pendant 2 semaines avec des larves de moustiques, artémia adultes, nauplies, petits vers de Grindal.....
La période de frai est souvent annoncée, par les mâles qui se querellent, pour attirer l'attention des femelles. Quand un couple c'est formé il est introduit pendant la journée, et a cette instant un rajout d'eau douce fraîche ¼  dans le bac est souvent salutaire pour déclencher le processus du frai. Pendant la parade nuptiale le mâle possède une robe éclatante, il se montre actif ne laissant que de très peu de liberté à sa compagne, tamponne légèrement son ventre sans pour autant  être agressif. Il tourne autour d'elle, frémissant de tout son corps, nageoires déployées, en frôlant ses flancs légèrement déformés par un embonpoint. Dans les premiers moments elle fait mine de s'enfouir, puis fini par accepter les avances. La femelle par alors visiter l'aquarium pour décider un site de ponte sous une grande et large feuille, le couple se retrouve alors côte à côte, et tous le deux adoptent une position de ventre en l'air. Le mâle prend la position d'un C et rabat sa nageoire caudale sur les flancs de sa compagne et exerce une légère pression. Celle-ci sous l'étreinte exercée libère une petite quantité d’œufs qui sont collés sous la feuille (entre 2 et 10), qui sont immédiatement fécondés par un léger nuage de sperme. Au bout  d'un couple d'heures c'est plus de 180 œufs qui se retrouvent collés sous la feuille. Après l'accouplement il faut immédiatement retirer les géniteurs pour éviter tout cannibalisme. Comme pour certains Characidés aux œufs lucifuges, des cartons sont fixés autour et au-dessus du bac. Au bout de 24 à 28 heures les larves éclosent et restent suspendues grâce à un petit filament il faut attendre encore 4 à 5 jours. A partir de ce moment on peut retirer progressivement les cartons qui obscurcissaient le bac, en commençant par la face frontale, tout en limitant un éclairage vive, les alevins sont encore très fragiles pendant plusieurs jours. A ce stade de la nage libre les alevins avides de nourriture consomme des infusoires, rotifères, il faut abaisser le niveau du bac à quelques centimètres  (5 à  10 cm maximum d’eau), pour qu'ils puissent baigner dans la nourriture distribuée 3 fois par jour voir 5 fois. Puis 4 jours après de la nourriture solide fait son apparition sous forme d'Artémias de cyclops, micro-vers. Durant tout ce temps des changements d'eau journaliers de 15 à 20 % sont réalisés avec des siphonages pour une Hygiène strict et ainsi éviter une pollution du milieu. À l’âge de trois mois bien nourris ils mesurent environ 3 cm. Vers la troisième semaine un renouvellement d'eau, aux paramètres moins strictes peuvent remplacer petit à petit  leurs eaux de naissances et ainsi rejoindre les adultes ou être transférés dans des bacs plus grands. 
Nourriture : Larves de moustiques, artémia adultes, nauplies, petits vers de Grindal. Aliments en flocons, congelés.
Remarques : En dessous de 25°C l'espèce est sensible à l'ichthyophthirius et à l'oodinium. L'hiver en Europe est la période la plus propice pour décider une reproduction.
Taille : Mâle, femelle 4,5 cm.
Eau : pH: 6 à 6,5.Dureté : de 1 à 8°dGH.
Température : 25 à 28°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Trigonostigma heteromorpha, anciennement Rasbora heteromorpha (Arlequin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trigonostigma heteromorpha (Rasbora arlequin)
» Reproduction Rasbora Heteromorpha->>>Passage pristella maxillaris
» reproduction rasbora heteromorpha
» Reproduction Rasbora Heteromorpha
» rasbora heteromorpha qui gonfle après manger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: cyprinoidés-
Sauter vers: