Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Macrotocinclus (anciennement Otocinclus) affinis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Macrotocinclus (anciennement Otocinclus) affinis   Mar 8 Mar - 6:55


Photo /http://estalens.fr

Historique : L’espèce a été décrite par Steindachner en 1877. Sa première importation remonte au début du siècle, en 1920.
Habitat : Il vie tout près du fond, dans des eaux tumultueuses et claires des rivières et des ruisseaux, il se tient souvent entre les pierres, les racines ou autres morceaux de bois tombés à l'eau. Il s'y fixe à l'aide de sa bouche en forme de ventouse suceuse. La végétation est souvent dense, les pierres sont recouvertes d'un tapis d'algues.
Originaire : Sud-est du Brésil, près de Rio de Janeiro.
Description : Le corps est raisonnablement long et mince. Sa tête large et aplatie se termine par une bouche, en position infère, dotée de grosses lèvres ourlées. Les mâchoires inférieure et supérieure pourvues de petites dents forment une véritable râpe. Elles peuvent se mouvoir, raclant ainsi les algues qui poussent sur les rochers, ainsi décrochées elles sont  aspirées immédiatement par la bouche. Les lèvres garnies de papilles font office de disque adhésif et permettent à ce médiocre nageur qui se déplace  par petits bonds rapides, de s'accrocher à n'importe quel obstacle, et ce, dans de puissants courants. Le ventre, parfaitement plat et le pédoncule caudal est effilé. Une armature de 23 à 24 plaques osseuses, disposées à la manière des tuiles d'un toit, remplace les écailles. Le ventre ne possède pas de plaques osseuses. La coloration de fond varie du gris clair, parfois légèrement verdâtre, au jaune argile. Le ventre est blanchâtre ou jaunâtre. Une large bande longitudinale brune s'étend sur les flancs, de l'extrémité du museau jusqu'au pédoncule caudal, en passant au niveau de l’œil. Dans la partie supérieure du corps, on distingue un dessin constitué de rayures formant une sorte de treillis brun foncé. Le pédoncule caudal compte aussi une grosse tache sombre, qui, normalement, ne se confond pas avec la bande longitudinale. La nageoire caudale, entaillée en son milieu, s'orne d'un motif agréable. Elle est blanchâtre et ses lobes présentent des bandes transversales constituées de taches foncées. Les autres nageoires sont incolores ou vert pâle.
Dimorphisme sexuel : La femelle est plus longue, plus trapue, avec un ventre plus rond en période de frai. Le mâle demeure plus petit et plus maigre. La taille maximum ne dépasse pas 4 cm.
Comportement : silure à l'activité crépusculaire. Calme, assez craintif, il se sent plus rassuré  en groupes, de plusieurs individus de la même espèce, 4 à 5 individus pour un volume d'une centaine de litres. Le jour, il se repose, soit caché sous une racine, soit allongé sur une pierre. Il se tient souvent collé en position verticale aux vitres ou aux plantes.
Milieu :  Le volume conseillé est de 100 litres pour 4 à 5 Otocinclus affinis. L'agencement du volume restituera si possible le biotope naturel. Une filtration moyenne  de deux à trois fois le volume d'eau en 1 heure,  avec  un rejet en surface.  L’espèce n’apprécie pas trop un courant fort, par contre une eau limpide, oxygénée et propre lui est tout à fait favorable. La surface au sol, doit être assez importante, pour qu'ils puissent fouiller un substrat composé d'un mélange de sable et de gravillons, partiellement recouvert de pierres et de racines de tourbière. Une végétation luxuriante, avec des plantes de surfaces qui tamisent l'éclairage, le rassurent et ainsi le mettent en confiance.  Les valeurs de l'eau seront, une Dureté de 3 à 10°dGH, pH de 5 à 7, une température de 20 à  25°C. Les changements d'eau se feront régulièrement une fois par semaine d'une valeur de 25 à 30 %.
Reproduction : Difficile, mais pas impossible. Le frai ne peut se dérouler quand bac spécifique à partir d'un volume supérieur ou égal de 50 litres. L'alimentation est d'une importance indéniable, elle a une influence sur la réussite ou l'échec du frai. Une alimentation diversifiée et quantitative (vivante et végétale: algues, épinards, courgettes, petits pois). La préparation du bac, bien planté, avec un apport de pierres en forme de galets, des racines de tourbière. Les qualités physico-chimiques de l'eau a son importance, une Dureté de 2 à 8°dGH, un pH légèrement acide de 6,6 à 6,8. La température ne doit pas être trop élevée, 22-23°C, comme dans le bac d'ensemble filtrage important, lumière tamisée. Puis on introduit les futurs géniteurs en groupe composé de trois mâles pour deux femelles. La ponte a lieu très souvent tôt le matin, au premier rayon de soleil. Les mâles surexcités prennent des allures d'intimidation, avec quelques simulacres de combats très vite terminés, puis poursuivent la femelle pleine. Enfin un couple se forme et s'isole dans un coin du bac c'est la femelle qui mène la danse, le mâle la suit de près et lui montre qu'il est réceptif à la demande en lui tapotant à l'aide de son museau le ventre rond. Puis les deux partenaires nagent en rond, la femelle s'approche des nageoires pelvienne du mâle, de manière à former un T et laisser échapper quelques œufs, aussitôt fécondés par le mâle, les œufs rejoignent la poche formée par les nageoires pelviennes de la femelle. Ce n'est qu'ensuite que la femelle dépose les œufs et les colle par pression de son ventre  et par un mouvement oscillatoire dans la végétation dense (le frai ne produit que 40 à 50 œufs, très collant). La cérémonie se répétera ainsi jusqu'à ce que la femelle ait pondu tous ses œufs. Une ponte peut durer plusieurs heures. L'éclosion commence deux à trois jours après. Les alevins se fixent solidement à un support, dans une attitude perpendiculaire. Il faut attendre que le sac vitellin soit résorbé ( 2-3 jours ) pour pouvoir commencer à nourrir avec une alimentation liquide ( infusoires ).Une semaine plus tard, la progéniture est apte à consommer des nauplies d'artémias fraîchement éclos ainsi que de la nourriture carnée finement hachée ; vers de vase, micro-vers … L'idéal c'est un transfert dans un bac avec une hauteur d'eau ne dépassant pas les 6 cm, avec un courant pour une bonne oxygénation pour qu'ils puissent se nourrirent correctement. Effectuer des petits changements d'eau très régulièrement. Attention à la propreté du bac, une hygiène la plus stricte possible.
Nourriture : Vorace, petites proies vivantes ou mortes; Petit vers (vers Grindal), insectes, artémias, comprimés lyophilisés, flocons. Ne pas oublier de rajouter à son menu un complément végétal: feuilles de laitue, courgettes, petits pois ou d'épinards pochées. Sensible aux phosphates, nitrates et traitements médicamenteux.
Remarques : Excellent dévoreur d'algues. Il faut faire très attention pour le capturer avec une épuisette pour ne pas le blesser, car Les rayons durs de ses nageoires dorsales et pectorales constituent autant de pointes acérées qui, en position dressée, lui servent à s'accrocher. Sensible à la qualité de l'eau. La filtration sur Tourbe n'est pas nécessaire à la condition qu'il y a plusieurs racines de tourbière.
Particularité : lorsqu'il a besoin de respirer de l'air en surface, pour une raison dû à un problème de maintenance du milieu, il nage jusqu'à la surface, se place dans  une zone située à quelques centimètres sous cette surface, et aspire de temps à autre une bouffée d'air. L'oxygène ainsi capturé est assimilée par l'intestin grêle et les gaz excédentaires sont évacués par l'anus.
Taille : Mâle 3,5, femelle 4 cm.
Eau : pH: 5,8 à 7,2.Dureté : de 2 à 8°dGH.
Température : 20 à 25°C. Reproduction 22-23°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Macrotocinclus (anciennement Otocinclus) affinis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» spathoglottis affinis
» IDENTIFICATION D'UNE SUCCULENTE (Echeveria affinis )
» [P.(Eupotosia) affinis] hesitation cétoine
» argyropelecus affinis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: silures-
Sauter vers: