Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Gnathonemus petersii ( Poisson tapir, poisson éléphant )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Gnathonemus petersii ( Poisson tapir, poisson éléphant )   Lun 14 Mar - 8:06


Photo /http://estalens.fr
 
Synonymes : Gnathonemus pictus, Mormyrus petersii.
Habitat : Il fréquente les fleuves, les marécages et les marigots. Il prise les eaux très douces avec un pH souvent acide de 5,5 à 6,5 aux fonds vaseux, boueux et sous la couverture des grands arbres de l'Afrique à  l'exclusion du rivage méditerranéen, du Sahara et de Madagascar. Dans la nature il vit très souvent en groupes de plusieurs individus et, grâce à son appendice, qui lui sert d'émetteur et de récepteur en forme de trompe, il s'oriente très facilement en eau trouble et près du fond où la lumière pénètre avec difficulté. Il se déplace aussi bien en avant qu'en arrière avec une extrême précision dans une obscurité totale.
Originaire : Du bassin du Nil, de la République démocratique du Congo et du Cameroun jusqu'au Niger.
Description : Il doit son nom à une excroissance mentonnière souple, très mobile, et reconnaissable de par son aspect allongé qui rappelle la trompe de l'éléphant. Cet appendice, très particulier, qui mesure environ 20 mm chez l'adulte, n'est pas cylindrique. Avec cette rallonge il débusque dans la vase toutes sortes de proies. Dès que l'une d'entre elles est détectée, il se redresse presque à la verticale, passe sa trompe sous elle pour l'arracher du substrat. Et en un éclair il l'ingurgite avec sa petite bouche ronde située juste au-dessus. Des dents alignées en une seule rangée, au milieu de chaque mâchoire, ne laissent aucune chance à la victime. D'une taille de 25 cm en milieu naturel, il dépasse rarement 15 cm en aquarium. Son corps, allongé et fortement aplati, est d'une symétrie parfaite. Un pédoncule caudal très fin, une nageoire caudale profondément échancrée ainsi que des nageoires dorsale et anale placées en arrière du corps. La robe gris-brun foncé s'éclaircit dans la partie ventrale. Elle s'enrichit de reflets vert cuivré. Deux bandes transversales irrégulières, blanc jaunâtre relient les dorsale et anale. Elles délimitent une zone plus foncée en forme de palette. L’œil est gris-jaune métallique. Les nageoires, presque noires, sont bordées de blanc ou de marron clair. Doté d'une vue médiocre, ses yeux,  légèrement voilé, sont en fait recouverts d'une membrane transparente qui en atténue la visibilité. Mais elle sert de protection lors de l'exploration des sols vaseux, en position inclinée.
Dimorphisme sexuel : Le mâle possède une nageoire anale concave très prononcée.
Comportement : De préférence en bac spécifique. De tempérament farouche, il faut mieux le maintenir en groupe de 4 ou 5 individus, malgré un comportement territorial. Les plus faibles seront dominés. Noctambule, il passe le plus clair de son temps près du fond à la recherche de la moindre particule comestible.
Milieu : Pour le maintenir dans des conditions acceptables, il faut être un peu plus rigoureux que pour la plupart des poissons. En effet l'aquarium, doit avoir un volume minimal de 300 litres, placé dans une pièce très calme ( espèce est très sensible aux vibrations ) et de plus la moins éclairée surtout pas de soleil direct. Un sol de couleur sombre et à la granulométrie fine, pour ne pas qu'il se blesse en cherchant sa nourriture avec sa trompe et ainsi éviter des infections. Des pierres lisses en forme de galets et des racines de tourbière pour qu'il puisse se mettre à l’abri pendant la journée. L'éclairage très faible, donc éviter les plantes. Pas très exigeant sur la composition de l'eau une Dureté de 4 à 12°dGH, pH 6,8-7,2, température 22-28°C. Le renouvellement d'une partie de l'eau une fois par semaine d'une valeur de 25% est  nécessaire. La filtration est assurée par une pompe avec un débit d'environ 1 ½  à  2 fois  le volume de l'aquarium par heure.
Reproduction : Impossible en milieu fermé. Dans la nature, à la saison des pluies, les poissons migrent en suivant les crues des rivières. Se regroupe dans les marais en fortes concentrations pour frayer. Au moment de la ponte, les partenaires se placent côte à côte. Les œufs et les ovules se mélangent, dans une cuvette formée par la nageoire anale dressée et recourbée (en forme de cuillère) du mâle qui sert de niche de fertilisation. Les œufs fécondés sont ensuite déposés dans la végétation. La femelle, très prolifique, produit environ 3000 œufs, petits pas plus d'un millimètre de diamètre et de couleur jaune blême.
Nourriture : Principalement  des artémias, cyclops, daphnies et larves de moustiques fraîchement décongelées qui tombent directement sur le fond. Il apprécie la nourriture vivante ; vers de terre, petites loches.
Particularité : Il est doté d'un sixième sens découvert par le professeur Lissman en 1958 : l'électro-détection. En effet, ses organes sensoriels sont complétés par des organes tout à fait particuliers: le pédoncule caudal est transformé en un organe électrogène capable de créer un champ magnétique autour du poisson. Il ne s'agit pas en réalité d'un radar dont le principe consiste à émettre des ultra-sons et à en recevoir l'écho, mais de petits muscles groupés par paires capables de produire un courant de faible voltage (1 volt au contact du poisson, quelques millivolts dans son entourage mais d'une durée brève: 0,3 millisecondes). La trompe constitue le pôle positif et la queue le pôle négatif. Chaque impulsion est émise à un rythme variable de 1 à 20 par seconde chez Gnathonemus petersii  La fréquence étant différente pour les autres espèces, il lui est donc facile d'identifier un congénère. Les perturbations électriques provoquées  par un objet ou un animal sont captées au niveau des récepteurs cutanés et immédiatement décryptées par le cerveau. Elles lui permettent de suppléer à sa vue déficiente et de cataloguer son monde des ténèbres. Il reçoit ainsi les messages parfaitement. Une brusque augmentation de fréquence est un signal d'alarme qui provoque un arrêt d'activité au sein du groupe.
Remarques : Le bac doit être recouvert car c'est un excellent sauteur. L'espèce est sensible aux produits pharmaceutique, et sensible aux maladies bactériennes Il faut donc être extrêmement prudent et bien réfléchir avant un emploi. Pour l'eau le moins possible de Nitrate. Ce poisson n'est pas conseillé pour un aquariophiliste débutant mais confirmé
Taille : Mâle, femelle 15 cm, en aquarium. 25 cm dans la nature.
Eau : pH: 6,8 à 7,2.Dureté : de 4 à 12°dGH.
Température : 22 à 28°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Gnathonemus petersii ( Poisson tapir, poisson éléphant )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» gnathonemus petersii
» Poisson éléphant (Gnathonemus petersii)
» Gnathonemus petersii
» tache bizarre
» poisson ballon genre canthigaster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: poissons osseux-
Sauter vers: