Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Farlowella acus ( Silure aiguille commun )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Farlowella acus ( Silure aiguille commun )   Sam 30 Avr - 10:25


Photo /http://estalens.fr

Synonymes : Acestra acus.
Historique : Importé pour la première fois en 1933.
Habitat : Il aime les prairies aquatiques, marécages, la végétation des berges.
Originaire : Affluents du sud de l'Amazone, rios La Plata et Paraguay.
Description : Le corps est svelte et étiré, les surfaces ventrales et supérieures sont couvertes de plaques osseuses qui se chevauchent comme des tuiles. Le pédoncule caudal est long et très fin, la nageoire dorsale située très en arrière et le lobe supérieur de la caudale se terminant par une extension en forme de fouet. La tête est courte, elle se prolonge par un rostre long, fin et arrondi. Ce rostre porte des capteurs ultra-sensible qui lui sert à  détecter de la nourriture dans le sol. La bouche est placé sous le corps elle est munie d'une ventouse munie, elles sert à se fixer sur tous les supports possibles ; racines, feuilles des plantes, pierres. Les mâchoires portent des dents qui servent à racler les algues et les particules alimentaires. La coloration est variable. Les flancs sont vert olive à brun-jaunâtre. Le ventre est jaunâtre. Une longue bande sombre, parfois interrompue de clair, s'étend de l'extrémité du museau au pédoncule caudal. Les nageoires sont transparentes. Leurs rayons portent des taches de la couleur des flancs. Atteignant 20 à 25 cm en milieu naturel, sans le prolongement de la caudale.
Dimorphisme sexuel : Le mâle porte un rostre plus large et des excroissances de soies.
Comportement : Craintif, paisible, il sort de la végétation surtout en soirée, il attend tranquillement collé sur une feuille ou une racine à la verticale. Ce ne sont pas réellement des poissons grégaires, un petit groupe de 3 individus est suffisant. Il peut être maintenu avec des poissons très calmes.
Milieu : Assez délicat à maintenir, de plus il lui faut de la place et un 300 litres est plus que conseillé. L'aménagement du bac se compose ; d'un sable fin et de couleur sombre, il faut éviter tous les sables aux arêtes vives, pouvant blesser le rostre et provoquer des infections. Les racines de tourbière sont indispensables, il en profite pour se reposer et en même temps il râpe avec ses dents le bois ( besoin en cellulose ), ce qui lui permet par la suite une meilleur digestion. La végétation est importante, elle lui sert de refuge, elle est constituée de plantes a feuillages dur comme ; (Echinodorus horizontalis, Echi. quadricostatus, Echi. tenellus, …... ). Les paramètres physico-chimiques de l'eau sont vitales pour sa maintenance et doivent varier le moins possible ; le ph de 6 à 7, la Dureté de 2 à 5°dGH maximum. Une température comprise mais relativement stable entre 20 et 26°C, optimal 24 °C. La filtration n'est pas non plus à négliger avec un brassage de trois à  quatre fois le volume en une heure, avec  rejet en surface pour une bonne oxygénation du milieu. De fréquents changements d'eau obligatoire ( l'eau légèrement vieilli ), sont assuré chaque semaine d'une valeur de 30 à 35 % du volume du bac en plusieurs fois et ainsi maintenir très bas le taux de nitrates qui doit être inférieur à 25mg/l ( attention aux paramètres ). L'éclairage pour cette espèce est  modéré, quand l'intensité lumineuse est trop puissante il suffit de rajouter des plantes de surfaces en nombres suffisants.
Reproduction : Assez facile jusqu'à l'éclosion des larves. L'idéal est un bac spécifique, avec un volume, à partir d'une centaine de litres. Comme beaucoup d'espèces la nourriture est primordial pour aider au frai, elle doit être copieuse avec une forte proportion d'aliments végétaux. Le décors, la plantation et les valeurs physico-chimiques de l'eau, son identique au bac d'ensemble. La filtration  3 à 4 fois, le volume de l'aquarium, permet de garder une eau  cristalline ainsi qu'une bonne oxygénation. Un éclairage diffus est capital pour mettre les géniteurs en confiance. Les prémices d'une ponte commence après le coucher du soleil, on peut estimer celle-ci dans un délai de 12 à 24 heures, quand apparaît le tube de ponte ( oviducte) de la femelle. Celle-ci parcours l'aquarium à la recherche d'un support pour y déposer ses œufs, en règle général la vitre frontale face au rejet du filtre fait l'affaire ( ce phénomène à été décrit par M.J Abraham de Pottendorf ), qu'elle nettoie avec le mâle. Puis la femelle commence une parade amoureuse autour du mâle en lui caressant le corps avec sa queue pour attentionnée. À son tour, celui-ci se met à onduler autour d'elle en faisant frémir ses ventrales et ses pectorales avec une évidente exaltation. La ponte a lieu soit la nuit ou très tôt le matin. Soudain dans un soubresaut les deux protagonistes se collent l'un contre l'autre,  maintenu grâce leurs ventouses appliquées sur la vitre ( dans cette position le couple ont leurs organes sexuelles presque en contacte ). La femelle expulse des séries de 3 à 5 œufs,  fortement collants, immédiatement fécondé par  la laitance du mâle. Un total de 40 à 60 œufs sont pondus, très blanc, d'un diamètre de 2,5 mm. La ponte terminée le mâle éloigne la femelle, surveille et s'occupe tout seul des œufs, en les nettoyants avec sa bouche,  les éventant à l'aide de ses nageoires ventrales. Ce mouvement répété provoque un  courant et ainsi réduit le risque d'une éventuelle attaque par des champignons. Le moment tant attendit  se produit en 10 jours avec une température de 26°C. Le mâle aide les jeunes à éclore, il prend les œufs en bouche pour briser le chorion ( l'enveloppe ). Dès la nage libre, les alevins décampent à une vitesse hallucinante, comme pour échapper à un danger. Puis ils s'immobilisent à l'emplacement du rejet du filtre, lieu apprécier pour le courant et l'aération. Le sac vitellin résorbé en trois jours, la nage libre intervient dès le 4ème jours, ils cherchent alors à satisfaire leur faim. Cette période est la phase la plus critique, les meilleurs résultats  pour l'élevage consiste de les aspirer avec un petit tuyau et de les transférer dans un bac d'élevage d'une quinzaine de litres avec une faible hauteur d'eau ( 8 à 15 cm maxi. ), avec une filtration sur mousse synthétique. Dans un autre bac et plusieurs jours avant la reproduction prendre de l'eau de pluie, source..... et l'exposer soit en plein soleil ou sous un fort éclairage, pour favoriser le développement des algues, prévoir aussi des infusoires. Les alevins se nourrissent 24/24 ils doivent donc trouvées de la nourriture durablement. Certains éleveurs rusent avec une mixture composée de salade blanchie, petits pois, le tout en purée. Cette méthode demande une hygiène irréprochable, car les jeunes « acus » ne supportent aucun reste de nourriture. Arrivé à une taille de 2 cm la nourriture est moins contraignante, ils se nourrissent de végétaux et de toutes petites proies. Leur croissance est rapide les 3 premiers mois et se ralentit par la suite. La maturité sexuelle n'est atteint que vers l'âge de 24 mois. Malgré toutes ces précautions beaucoup d'alevins n'iront malheureusement pas à terme.
Nourriture : C'est la partie la plus délicate. Dans la nature il se nourrit d'animalcules parmi les plantes tapissant. En milieu fermé comme l'aquarium il faut trouver un subterfuge, des épinards ainsi que des petits transformés en purée sont une bonne parade. Pour garantir une alimentions équilibrée, un apport de petites proies vivantes ou congelées ; Artémias, daphnies ou larves de  moustiques, sans oublier  de la chair de crevette, poisson et de moule. La nourriture en flocons ou comprimés est  prévus en complément.
Remarques : L'espèce n'est pas conseillée pour un débutant  Très sensibles aux médicaments l'emploi en est interdit.
Particularité : L'espèce peut frayer dans une eau plus Dur, maximum 10°dGH, mais les œufs seront peut adhésifs.
Taille : Mâle, femelle 15 cm. Atteignant 20 à 25 cm en milieu naturel.
Eau :  pH: 6 à 7.Dureté : de 2 à 5°dGH.
Température : 20 à 26°C. Optimal 24 °C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Farlowella acus ( Silure aiguille commun )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche Farlowella Acus
» farlowella acus
» farlowella acus
» REPRODUCTION DE Farlowella acus
» farlowella acus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: silures-
Sauter vers: