Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Cyprichromis Pavo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Cyprichromis Pavo    Mar 18 Oct - 5:26



Historique : La première description date de 1984, par Heins Büscher.
Habitat : Les espèces du genre Cyprichromis vivent au sein de la colonne d'eau libre. Cette zone se matérialise par un volume d'eau important situé au moins 3 m au-dessus du substrat à proximité de roches verticales. Ces cichlidés ne vivent pas au contact même de ces parois, mais s'en écartent de quelques mètres afin de s'éloigner des prédateurs éventuels qui pourraient en surgir. Chaque mâle observe ses distances pour ne pas rentrer dans un conflit. La zone de prédilection de cette espèce varie entre 20 et 50 m de profondeur, celle-ci variant en fonction des heures de la journée en raison de la nourriture disponible. Les Cyprichromis se nourrissent presque exclusivement de plancton animal (confirmé par une mâchoire dotée de 3 rangées de dents coniques). Ce plancton se nourrit de plancton végétal se rapprochant de la surface durant les heures ensoleillées de la journée. Le Cyprichromis suit ainsi verticalement sa nourriture pour se positionner à même le substrat au coucher du soleil.
Originaire : Près de Tembwe sur la rive Sud, de la République du Congo. Cette espèce  n'a pas une grande répartition géographique étant limitée au Sud du lac entre Zongwe en République du Congo et Msalaba en Tanzanie.
Description : La taille est identique à Cyprichromis microlepidotus. Elle est assez haute de corps. Elle présente une bouche terminale plus élevée que chez Cyprichromis leptosoma et ses nageoires sont plus effilées. Les mâles sont marron-beige ainsi que les femelles avec le ventre plus clair que la partie supérieure du corps. La nageoire dorsale des mâles est bleutée et l'anale, large et arrondie, est jaune irisée de bleu en phase d'excitation. La caudale est légèrement en forme de lyre.
Dimorphisme sexuel : Le mâle atteint une longueur de 12 cm, la femelle reste légèrement plus petite 11 cm.
Comportement : Les Cyprichromis vivent en bancs compacts de plusieurs centaines d'individus relativement immobiles sans pour autant qu'une véritable hiérarchie n'existe dans le groupe. Les femelles vivent au centre du banc et sont entourées par une horde de mâles qui défendent chacun un territoire tri dimensionnel d'environ 60 cm de rayon. Les conflits sont assez rares, les intimidations suffisant pour faire respecter son espace vital. Le mâle devient très agressif en période de ponte.
Milieu : L'espèce nécessite des soins particuliers, qui ne sont pas incompatibles avec d'autres espèces. Le premier critère à prendre en considération est la taille de l'aquarium. En effet, la maintenance et la survie  de cette espèce n'est possible qu'à la condition de le maintenir en groupe d'au moins 6 à 8 individus. Si tel n'était pas le cas, le stress occasionné engendrerait une mort rapide et souvent l'absence de reproduction. Un minimum de 3 mâles semble obligatoire pour répartir l'agressivité du dominant entre les protagonistes. Sachant que le territoire d'un mâle est en moyenne d'environ de 60 cm pour un mâle dominant, un aquarium d'une longueur frontale de 150 cm est conseillé. La hauteur du bac a aussi son importance puisque ce poisson vit habituellement dans la colonne d'eau libre. Un vaste espace de nage doit donc lui être offert avec des parois rocheuses verticales (type ardoise) pour délimiter les territoires. Les plantes sont les bienvenues, mais en bac spécifique elles ne sont pas nécessaires, un milieu minéral correspond mieux à la réalité. L'idéal est un aquarium de plus de 2 m de long pour 70 cm de large et autant de profondeur. L'eau doit être celle qui convient à tout Cichlidé du lac Tanganyika avec comme souci principal le pH qui doit être supérieur à 7,8, idéal 8,1. Une Dureté de 14 à 18°dGH et la température de 24 à 26°C.Le brassage doit être efficace, puissant prévoir une filtration de l'ordre de 2 ½ à trois fois le volume du bac par heure et un entretien général effectué très régulièrement. Les changements d'eau seront d'environ 20 à 25 % semaine en n'oubliant pas de la laisser reposer pour éviter toutes traces de chlore. Un éclairage  modéré en bac spécifique est suffisant.
Reproduction : Relativement facile même dans un bac communautaire dès lors que le groupe est
important et que les toutes les conditions sont réunies. Quand une femelle pénètre dans le territoire d'un mâle, celui-ci vibre de tout son corps, ses nageoires sont entièrement étendues. Il y a alors deux cas de figure: soit la femelle n'est pas prête à pondre et elle ne répond pas aux avances du mâle; dans ce cas, il la chasse. Soit elle est gravide et consentante, elle va alors rester auprès de lui. Celui-ci l'ayant bien compris, redouble d'efforts. Tout en paradant, il va « faire le ménage » autour de son territoire dont la superficie augmente sensiblement : il chasse énergiquement tous les mâles con-spécifiques ainsi que les autres femelles. La parade du mâle comporte trois phases. D'abord, il vibre pour inciter la femelle à se rapprocher de lui. Puis il passe au-dessus de la femelle et il s'en approche par l'arrière en détendant sa bouche protractile jusqu'à toucher parfois les flancs de la femelle. Enfin, il repasse devant elle, se contorsionne et lui présente sa nageoire anale. La femelle ne bouge quasiment plus, comme hypnotisée par la parade de son compagnon. L'émission d'un œuf peut prendre plusieurs minutes. On peut le voir sortir petit à petit par l'orifice génital de la femelle. Il est jaunâtre et étonnement gros de 2 à 3 mm de diamètre. Une fois pondu, il est repris en bouche par la femelle qui, pour ce faire, procède à « une marche arrière ». La fécondation de l’œuf a lieu dans la bouche de la femelle puisqu'elle happe constamment la nageoire du mâle et les pelviennes qu'il lui présente. Elle avale donc en même temps le sperme. La ponte peut durer plusieurs heures au cours desquelles la femelle se retire de temps à autres du site de ponte pour « souffler » un peu. Une fois la ponte achevée, elle s'enfuit avec une gorge distendue contenant parfois plus de quinze œufs.  Pendant trois à quatre semaines, la femelle ne va rien manger si ce n'est que d'infimes particules. Elle ne va cesser de remuer les œufs, puis les alevins en contractant et décontractant ses muscles buccaux-pharyngiens. Cela a pour but de bien les oxygéner. Il faut noter que la durée d'incubation est proportionnelle à la température de l'eau ainsi l'aquariophile peut abréger le « calvaire » des femelles en augmentant la température jusqu'à 26-27°C. Il faut donc compter entre trois et quatre semaines à partir de la date de reproduction pour que les larves aient résorbé leur sac vitellin. La femelle 'crachera' alors ses alevins qui mesureront déjà un centimètre et vous récupérez les survivants réfugiés en surface à  l'épuisette. Une autre solution consiste de transférer la femelle dans un autre bac prévu à cet effet. Cette manipulation est délicate et doit s'opérer de préférence la nuit durant son sommeil pour éviter que la femelle ne crache ses alevins encore trop fragiles dans le fond de l'épuisette (ou pire, dans le bac). Il est très risqué de vouloir lui faire cracher ses alevins, car vous avez de fortes chances de lui déchirer la mâchoire qui est extrêmement fragile. Dès le lâché du frai, l'essentiel est de nourrir abondamment les alevins de nauplies d'artémia fraîchement éclos. Une nourriture inadaptée ou insuffisante provoquera un retard de croissance définitif et des alevins chétifs et condamnés. Il est intéressant de noter qu'il est possible de différencier les espèces dès la naissance, les alevins portant déjà sur leur corps certaines caractéristiques de leurs parents. La croissance est très lente et la différenciation des sexes n'est possible qu'à partir d'une taille de 4 ou 5 cm  environ 5 à  6 mois. La qualité de l'eau est primordiale pour espérer une croissance normale, la présence de nitrates étant fortement préjudiciable. La solution consiste à changer très régulièrement l'eau du bac en s'assurant de l'absence de chlore.
Nourriture : Pour une bonne  maintenance, les flocons, paillettes, granulés devront être distribués avec parcimonie, un apport régulier de nourriture vivante (de préférence ) ou congelée  est nécessaire. Nauplies et artémias adultes, cyclops et daphnies présentent l'idéal de son menu, les nourritures du type vers de vase et larves de moustique étant trop riches en protéines animales. Deux rations quotidiennes sont préférables, le poisson étant plus habitué à consommer de petites quantités toute la journée quand il vit dans son milieu naturel.
Remarques : L'acclimatation de ces poissons pose souvent un problème en raison de leur sensibilité au stress et au changement de composition de l'eau. Le goutte à goutte est obligatoire de manière à éviter un choc osmotique tout en veillant à ce que l'eau ne refroidisse pas lors du passage dans le tuyau (plus le tuyau est long, plus l'eau risque de refroidir à l'intérieur). Une fois l'équilibre atteint, éteignez l'aquarium et prenez délicatement le poisson dans la main (préalablement mouillée) puis placez là dans un coin de l'aquarium. Au bout de quelques instants, le poisson va s'en aller de lui-même et couler au fond de l'aquarium. C'est à ce moment que l'instant est critique. Soit, il se déplace doucement puis remonte après quelques minutes en pleine eau et c'est bon signe, soit son corps se strie de barres sombres et pique la tête dans le sable et c'est le signe d'une crise cardiaque annoncée. Une fois le poisson acclimaté, il est très robuste à condition d'être bien nourri. Quelques fois il peut paniquer et parcourir le bac dans tous les sens, il est donc impératif de couvrir le bac pour éviter qu'il saute hors de l'aquarium.
Particularités : Ces poissons sont extrêmement sensibles au chlore. Ils se mettent à trembler et leurs branchies brûlent en quelques minutes. Ce n'est pas un poisson qui risque l'embonpoint, ce dernier régule son alimentation en fonction de ses dépenses énergétiques. Dès lors qu'un mâle se déclare, il est judicieux de le mettre dans un autre bac pour qu'il n'inhibe pas ses frères. Les risques d'hybridation entre les races chromatiques d'une même espèce sont très importants étant donné que dans le lac, les femelles ne semblent pas faire la distinction entre les formes distinctes de mâles au sein d'une même population. Il est donc primordial de veiller à l'origine des poissons que vous accueillez. Il est parfois préférable d'acquérir une large population dès le départ, le renouvellement des souches ou l'obtention en général de nouveaux spécimens identiques étant un véritable parcours du combattant. Il est cependant possible de le mélanger avec plusieurs espèces différentes du genre Cyprichromis.
Taille : Mâle 12, femelle 11 cm.
Eau : pH: 7,8 à 8,5, idéal 8,1. Dureté : de 14 à 18°dGH.
Température : 24 à 26°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Cyprichromis Pavo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» repro cyprichromis leptosoma mpulungu
» Cyprichromis leptosoma + problème nageoire
» [Tanganyika] Cyprichromis leptosoma jumbo kitumba
» Cyprichromis leptosoma utinta
» Conseil pour semis de pavot, SVP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: cichlidés ( Américains, Africains, Asiatiques ) :: Africains-
Sauter vers: