Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Pristella maxillaris ( Pristella )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Pristella maxillaris ( Pristella )   Mer 9 Mai - 5:25


Photo /http://estalens.fr

Synonymes : Pristella riddlei, Holopriste riddlei, Aphyocharax maxillaris.
Historique : L’espèce a été découvert au Venezuela, dans l'Orénoque, près de Los Costilos par le Docteur O. Riddle, Pristella maxillaris a été décrit en 1894 par Ulrey. Plus tard en 1907, S. E. Mee-klui donna le nom de son découvreur P. riddlei. Mais il fallut attendre 1924 pour que W.Eimekei en pêche sur place et en rapporte une bonne vingtaine d'exemplaires en Allemagne. Plus tard,  d'autres sujets furent importés de Guyane britannique, et en particulier des fossés du jardin botanique de Georgtown.
Habitat : En milieu naturel, cette espèce se déplace en bancs de plusieurs centaines d'individus. Dans des eaux peu profondes limpides, comme foncées par l'humus. Calmes et stagnantes comme les marécages et les bras morts, ou à courant faible des rivières densément plantées. Elle fréquente rarement les zones dégagées à faible végétation. Par contre, il lui arrive de s'aventurer en eau saumâtre. Quand débute la saison des pluies il se déplace dans les zones inondables de la savane, où il se reproduit au sein d'une végétation submergée et abondante.
Originaire : Son aire de répartition est très vaste ; Orénoque au Venezuela, la Guyane britannique, et le cours inférieure de l'Amazone au Brésil.
Description : Son corps est élancé et comprimé latéralement. Très translucides, les flancs prennent un aspect argenté et teinté légèrement de jaunâtre ou de verdâtre. Le dos vire au brun verdâtre et le ventre devient franchement argenté très vif. Une tache noire se dessine juste derrière l'opercule. Les nageoires dorsale et anale teintées de jaune citron à la base, de noir dans la partie centrale et de blanc à l'extrémité. La coloration la plus intéressante se porte sur la nageoire caudale d'un rose violacé et qui devient carrément rouge vif en période de frai.
Dimorphisme sexuel : Facile à reconnaître même en dehors de la période de reproduction. La femelle est plus ronde que le mâle, sa vessie natatoire est arrondie. Tandis que le mâle est plus svelte et possède une vessie natatoire pointue.
Comportement : Poisson pacifique, robuste, vif, excellent nageur, grégaire. Le maintenir en groupe d'une douzaine d'individus n'est pas de trop. Tout seul ou dans un groupe trop restreint son comportement sera tout autre et sa vie beaucoup plus courte. Convient parfaitement pour un aquarium communautaire, mais avec des compagnons pas trop remuants.
Milieu : En bac communautaire il ne faut pas être en dessous des 120 litres et 80 litres pour un bac spécifique. L'aménagement de l'aquarium est composé d'une plantation sur le pourtour du genre ; Myriophyllum, Echinodorus parviflorus, Echinodorus horizontalis, Cabomba, Ludwigia, Eichhornia diversifolia....  . La partie centrale est dépourvue de végétation, elle est laissée libre pour la nage libre, mais est  ombragé par des plantes flottantes ; Ceratopteris, Pistia. Un sol de couleur sombre garni de racines de tourbière très tourmentée, de quelques pierres non calcaires (ardoise, roche volcanique, basalte, porphyre....), sans arêtes vives. Un éclairage modéré est préférable, trop intense sa coloration  resterait blafarde. Sa tolérance pour l'eau est relativement grande pour un characidé, pH compris entre 5,5 et 7,5 (idéal 6,5) Dureté de 4 à 20°dGH (idéal 11°dGH), température 24-27°C. La filtration de  2 fois à 2 fois ½  le volume par heure est correcte, avec un rejet juste au-dessus de la surface assure oxygénation et petit courant que les pensionnaires apprécieront. De fréquents changements d'eau, sont assurés chaque semaine, d'une valeur de 20 à 25% du volume du bac.
Reproduction : Très facile et relativement compliqué à la fois. Les partenaires doivent, être assez jeunes, entre 9 et 12 mois maximum pour un résultat optimal. Les couples doivent se choisir et ils sont difficiles sur le choix du ou de la partenaire. Comme d'habitude une bonne nourriture est distribuée régulièrement. On observe les premiers prémices amoureux, quand on remarque un comportement inhabituel, une certaine agitation  se manifeste au sein du groupe, les couleurs s'intensifient. Les mâles déploies leurs nageoires et développes une relative agressivité en se pourchassant. Les femelles, quand t'as elles présentent  un ventre rebondi. Au bout d'un d'interminable courses-poursuites et d'intimidations les couples se choisissent. Et c'est seulement à ce moment-là qu'il faut transférer le couple dans un autre aquarium d'une cinquantaine de litres et plus, préalablement aménagé avec quelques plantes touffues comme de la Cabomba, Ceratophyllum, Myriophyllum ou Mousse de Java, avec un éclairage faible pour ne pas stresser le couple au point de leur enlever l'envie de frayer. Il faudra veiller aux qualités physico-chimiques de l'eau, à savoir un pH aux alentours de 6,5. La Dureté 6 à 8°dGH,  et le KH  ne doit pas dépasser 2,5° KH, avec une température de 25°C. Lorsque commence la parade nuptiale, en principe le matin, la femelle est l'objet de toutes les attentions du mâle qui se montre très entreprenant en adoptant des couleurs chatoyantes. Des poursuites effrénées à travers les plantes, des nages de chasses vers la surface, sont les préludes  à l'accouplement. Puis tout d'un coup le couple se positionne et prend une position  arc-boutés et après un léger tressaillement, les deux partenaires commencent l'émission simultanée de sperme et d’œufs.  Les préliminaires sont parfois courts, la ponte, qui se produit dans les plantes par phases de 5 à 10 œufs, dure à peu près deux heures, pour un résultat variant de 300 à 400 œufs. Entre chaque accouplement, les géniteurs se détendent quelques instants, en se laissant flotter entre deux eaux et pratiquement sans bouger et ainsi reprendre un peu leurs esprits.  A chaque émission d’œufs, le temps de récupération semble de plus en plus long. Adhésifs, les œufs se fixent sur les feuilles des plantes ou tombent au fond du bac. En principe, ils ne sont pas avalés par les parents, correctement et copieusement alimentés. Mais par précaution, il vaut mieux retirer le couple. À 25-26°C, les minuscules larves éclosent en 26-30 heures. Les unes restent accrochées aux plantes, les autres adhèrent aux parois du bac. Après 3 à 4 jours, l'alevin atteint la nage libre et absorbe immédiatement du fin plancton d'étang. Rapidement il se goinfre de nauplies d'artémias et autres petites proies de taille similaire. Avec un changement d'eau de 20% du volume toutes les semaines et une filtration de 2 fois le volume en 1 heure.  L'alevin  peut mesurer de 1 à ,5 cm, à cinq semaines plus tard. À ce stade, il commence à présenter la coloration aux reflets bien caractéristiques des adultes. La croissance est relativement rapide. Vers l'âge de 5 à 6 mois, il manifeste déjà des tendances amoureuses qui se concrétisent aux alentours du 7e mois.
Nourriture : Petites proies vivantes adaptées à sa bouche; Drosophiles, petits cafards, petits vers, larves de moustiques, chironomes, daphnies. Accepte sans difficulté les aliments secs et lyophilisés. Il est recommandé de lui apporter une nourriture végétale sous forme de comprimé, de flocons au moins une fois par semaine.
Remarques : Aujourd'hui, existe encore une forme jaune entièrement crée par la main de l'homme, dans un but unique de vente.
Particularité : Il peut vivre pendant quelques mois en eau saumâtre mais sa coloration sera alors terne. Idem pour la coloration dans un bac trop éclairé.
Taille : Mâle, femelle 4,5 cm.
Eau : pH: 5,5 à 7,5,  idéal pH 6,5. Dureté : de 4 à 20°dGH, idéal 11°dGH.
Température : 24 à 27°C, pour la reproduction optimal 25°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Pristella maxillaris ( Pristella )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 80cm de facade avec 6 apistos cacatuoides Perou et Pristella maxillaris
» Reproduction Rasbora Heteromorpha->>>Passage pristella maxillaris
» Reproduction pristella maxillaris
» Corydoras pygmaeus et pristella maxillaris ?
» melanoides?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: characidés ( Africains, Américains ) :: characidés Américains-
Sauter vers: