Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Ameca splendens ( Goodea du Rio Ameca )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Ameca splendens ( Goodea du Rio Ameca )   Mer 16 Mai - 2:24


Photo/pisciculture de Stalens

Synonyme : Inconnus.
Historique : Décrit en 1971 par Miller et Fitzsimons, il est apparu quelques années plus tard dans les magasins aquariophiles aux États-Unis d'Amérique, avant de faire son apparition en Europe.
Habitat : Les poissons vivent dans des eaux relativement profondes entre 1,5 et 6 m, en eaux claires, avec un fond rocheux et une végétation abondante. Les températures relevées s'échelonnent  entre 27 et 32°C. Dans la nature, les Ameca sont considérés comme des poissons herbivores. L'aire de répartition est relativement réduite pour cette espèce
Originaire : Amérique central. Dans la partie Ouest du  Mexique, état de Jalisco, où on le rencontre dans les Rio Teuchitlan et Ameca qui a donné son nom au genre.
Description : Véritable « vivipare ». Le corps est trapu et haut, la nageoire dorsale arrondie et largement déployée est placée loin en arrière sur le dos, le pédoncule caudal est large et puissant. L’œil est relativement gros. « Ameca splendens » veux dire «  Ameca brillante »  vient des grandes écailles aux reflets métalliques et bleutés du mâle celui-ci arbore sur ses flancs, le long de sa ligne latérale noire. Surtout, c'est sa nageoire caudale qui le distingue. Elle est bordée d'un double liseré. Noir à l'intérieur et jaune à l'extrémité. Ce liseré jaune est d'autant plus large et prononcé que le poisson est adulte et dominant au sein du groupe. La nageoire dorsale et parfois même l'anale se borde, elle aussi, d'un liséré jaune plus fin et discret. Les nageoires pectorales sont translucides.
Dimorphisme sexuel : Le mâle et la femelle sont très opposés. La femelle est plus grande, elle peut atteindre une dizaine de centimètres, tandis que le mâle atteint une taille de 8 cm au maximum. La femelle est également plus terne. Sa robe est grise, foncée sur le dos, plus claire sur le ventre et est parsemée d'un grand nombre de taches noires.
Comportement : Robuste, grégaire, excellent nageur, paisible. Les Ameca ont quelquefois la réputation d'être des poissons agressifs. Cela est dû au fait qu'ils ont parfois la fâcheuse tendance à mordiller les nageoires des poissons plus lents. En fait, comme pour n'importe quelle espèce, il faut simplement veiller au choix de leurs compagnons. S'ils ne conviennent pas forcément pour l'aquarium communautaire classique, il reste cependant possible de les élever en bac d'ensemble, avec des  Xiphos et Mollys ou d'autres cyprinodontidés comme Xenotoca eiseni, Chapalichthys pardalis, Ilyondon xantusi, Goodea skiffia, Zoogeneticus.
Milieu : C'est en groupe de plusieurs adultes accompagnés de leurs jeunes qu'ils se sentent parfaitement à l'aise et présentent leurs plus belles couleurs. Il faut prévoir un volume suffisamment grand pour ces poissons toujours actifs. Un aquarium de 300 litres, très bien éclairé pour favoriser la pousse des algues (alimentation). Une plantation imposante sur les côtés et le fond, mais avec un grand espace dégagé pour la nage libre est idéal pour une dizaine d'adultes. Le fond est recouvert d'une couche de sable grossier mais sans arêtes vives. Des éléments décoratifs comme des pierres amoncelées ou des racines de tourbière tourmentées offrent des possibilités de retraites supplémentaires aux individus dominés. Il n'est pas exigeant sur les diverses qualités physico-chimiques de l'eau de nos conduites, ils acceptent une eau de légèrement acide à neutre pH 6,5 minimum à 7,5 maximum (éviter les extrêmes) et de douce à moyennement Dure, 5 à 10°dGH. Une filtration avec un rejet en surface apporte une bonne oxygénation du milieu, prévoir trois fois le volume du bac par heure pour maintenir une eau cristalline. À chaque changement d'eau, prévoir un renouvellement de 20% à  25% minimum, du volume du bac et cela chaque semaine. Côté température, une moyenne de 25°C est tout à fait suffisante.
Reproduction : Les Goodéidés méritent plus que tout autre poisson l'appellation de vivipare. En effet, si chez eux comme chez le Guppy la fécondation et le développement des alevins est effectivement interne, les petits Ameca notamment sont liés à leur mère par des sortes de cordons ombilicaux que l'on appelle les Trophotaeniae. Ces Trophotaeniae sont le siège de véritables échanges nutritionnels entre la mère et ses embryons. Elle ne se contente donc pas, comme les femelles des Poeciliidés, de porter jusqu'à terme des œufs fécondés dont l'enveloppe ne se rompt qu'au dernier m ment lors de l'expulsion de l'alevin. C'est en raison de cette différence fondamentale avec les ovovivipares que les Goodéidés sont appelés « vivipares vrais ». Les Ameca ne possèdent pas non plus cet organe sexuel si distinctif et caractéristique qu'est le gonopode. Chez les Goodéidés comme chez les demi-becs asiatiques (Nomorhamphus, Dermogenys, etc.), l'organe reproducteur du mâle s'appelle l'andropode et consiste en un raccourcissement des premiers rayons de la nageoire anale. Cet andropode ne possède d'ailleurs pas les capacités d'orientation et de mobilité du gonopode des Pociliidés. Pour cette raison, la cour effectuée par les mâles auprès des femelles est beaucoup plus discrète. L'accouplement est bref et consiste en un attouchement rapide des nageoires anales des deux partenaires. Il faut signaler que chaque accouchement doit être suivie d'une nouvelle fécondation, car les femelles Ameca ne possèdent pas cette faculté de conserver le sperme des mâle en vue de portées futures. Lorsqu'elle est prête à donner naissance après 60 jours de gestation environ, la femelle a le ventre si distendu qu'on penserait presque à la voir éclater. La meilleure méthode consiste à disposer dans l'aquarium une grosse touffe de Mousse de Java, ou encore de laisser flotter à la surface du Ceratophyllum. Outre l'abri que cela procure aux alevins, ceux-ci y trouveront les éléments de leurs premiers repas, débris de plantes, infusoires ... . Dès la naissance avec une taille de 1 cm, la petite quinzaine d'alevins acceptent immédiatement la plupart des nourritures. Les petits ont besoin de recevoir une alimentation riche et variée à base de nauplies d'artémias et de salade pochée. Rapidement les alevins se joignent au groupe des adultes, qui ne cherchent pas à les poursuivre. La maturité sexuelle est atteinte vers l'âge de 4 mois, et parmi le groupe ainsi formé, seuls 1 ou 2 mâles arboreront leurs plus belles couleurs. La hiérarchie qui se crée entre les mâles s'établit sans heurt violent et se règle tout au plus par quelques poursuites.
Nourriture : Tous les végétaux ;  algues, mais aussi les épinards, laitues, petits pois, courgette pochés. Flocons avec une base de matières végétales. Des comprimés de spiruline. Il aime aussi la chair de crevettes, les larves de moustiques, daphnies, artémias, cyclops. La part de végétaux est très importante pour le maintenir en bonne santé.
Remarques : Les changements d'eau sont très importants car ils sont sensibles à la dégradation de leur milieu environnant. Bien que robustes, ils peuvent alors présenter des attaques de mousse ou des débuts de pourriture des nageoires. Dans le Sud de la France en été, les poissons apprécieront énormément un petit séjour en bassin, où ils trouveront sans aucun doute des conditions de vie plus naturelles. Ils mettront ainsi à profit un volume plus grand et une nourriture plus variée pour se faire une petite santé avant l'hiver. Il est inutile de chercher à isoler une femelle pleine dans un pondoir. Elle ne le supporterait pas longtemps et cela se traduirait sans aucun doute par la naissance en prématurée et la mort des petits.
Particularité : Ce penchant naturel pour la verdure en général, et les algues en particulier, peut être mis à profit de façon intéressante et écologique pour nettoyer un aquarium envahi par des algues filamenteuses. Raffolant de ces longues algues vertes, ils n'auront de cesse de les manger. Pour éviter que les Ameca ne soient tentés de prélever leur dose de verdure parmi les plantes les plus fines de l'aquarium, on peut également leur donner à pâturer des lentilles d'eau ( Lemna minor ). Ces lentilles, qui sont pourtant considérées comme de véritables pestes aquatiques par de nombreux aquariophiles sont très appréciées.
Taille : Mâle 7, femelle 10 cm.
Eau : pH: 6,5 à 7,5. Dureté : de 5 à 10°dGH.
Température : 25 à 30°C,  optimal 25°C en aquarium.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Ameca splendens ( Goodea du Rio Ameca )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ameca splendens souche 01, AFV 2004
» Ameca Splendens
» [Donne] Ameca splendens
» Question ameca (Loulou47)
» Ameca splendens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: cyprinodontidés ovovivipares et vivipares-
Sauter vers: