Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Astyanax jordani ( Tetra aveugle )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Astyanax jordani ( Tetra aveugle )   Mer 20 Juin - 3:12


Photo /http://estalens.fr

Synonymes : Anoptichthys jordani. Anoptichthys hubbis. Anoptichthys antrobius
Historique : L'espèce a été découverte en 1936 dans des lacs souterrains du Mexique, une certaine confusion règne encore à l'heure actuelle quant à la détermination exacte de cette espèce ou plutôt sous-espèce. La zoologie considéra d'abord le Tétra aveugle des cavernes comme un genre propre, Anoptichthys, c'est-à-dire « poisson sans yeux ». Mais son air de parenté avec une espèce vivant à l'extérieur, pigmentée normalement et dotée d'yeux, dont le nom est Astyanax fasciatus (décrit par Cuvier en 1819) le fit rapatrier dans ce genre qui compte actuellement pas moins de 70 espèces réparties de l'Arizona à l'Argentine. Et pour les différencier, la forme évoluant à l'air libre reçut le nom de sous-espèce « Astyanax fasciatus fasciatus ». Quant à la forme aveugle, elle a été appelée « Astyanax fasciatus mexicanus ».
Habitat : Il provient de la caverne de Cueva-Chica, une grotte calcaire de la Sierra de El Abra où chemine un couloir d'eau sinueux d'environ 200 mètres de long sur une dénivellation de 15 mètres et se terminant en cul-de-sac. Ce petit cours d'eau souterrain, appartenant au système du rio Ta paon, a formé quelques bassins importants réunis par des chenaux étroits qui s'assèchent périodiquement, au point de s'isoler entre eux. Évoluant en « circuit fermé », d'autres sous espèces ont pu diverger légèrement. C'est ainsi que des grottes voisines, découvertes dix ans plus tard, abritaient Astyanax fasciatus hubssi de la Cueva de Los Sabinos, trois cavernes groupées à une quinzaine de kilomètres et Astyanax fasciatus antrobius de la Cueva deI Pachon à une cinquantaine de kilomètres, dans la province de Tamaulipas. L'eau de ces grottes est principalement d'origine superficielle. Ainsi en période de pluies à l'extérieur, elle subit des variations de température, de quantité d'oxygène dissous à cause du débit, et de conditions physiologiques, favorisant ainsi la natalité. Généralement dure, son pH reste en permanence au-dessus de 7,0. La température varie entre 18 et 25°C. La lumière, elle est pratiquement inexistante. Exceptionnellement, il peut arriver qu'une lumière se propage, due à des phénomènes phosphorescents de certains organismes (insectes tels que diptères et coléoptères, ou des champignons). Mais généralement, les organismes vivants sont dans l'obscurité la plus complète. Le Tétra aveugle, qui vit en groupe, sans former un banc au sens strict. Il se nourrit grâce aux déjections des nombreuses espèces de chauve-souris qui peuplent ces grottes.
Originaire : le Tétra aveugle des cavernes est originaire des environs de San Luis Potosi, au centre du Mexique.
Description : Le corps est assez allongé, comprimé et trapu dans sa partie antérieure avec un peu plus de rondeur chez la femelle dont la taille avoisine les 9 cm. Le mâle, en revanche, est svelte et reste  plus petit. Mais l'un comme l'autre n'ont plus que quelques restes de couleurs sur un fond rose pâle à rose chair irisé de reflets argentés ou lavande. Cette dépigmentation est due aux vaisseaux sanguins qui irriguent l'épiderme. Quant à la forme originelle qui a échappé à la captivité, elle présente une coloration cuivrée virant au vert olive dans la partie dorsale. Une bande sombre débute à la nageoire anale, s'étire le long de la ligne latérale et se termine en tache bordée de jaune tendre, sur le pédoncule caudal. Dotée d'une vue perçante, elle se reproduit avec l'infortuné troglodyte, preuve qu'elles sont de la même espèce. Leur progéniture porte des caractères intermédiaires : avec des yeux plus ou moins fonctionnels mais plus ou moins colorés, et à coloration normale mais sans yeux! Toutefois l'absence d'yeux est stupéfiante. Les autres sens du Tétra aveugle qui ont une moindre utilité dans les eaux à ciel ouvert se sont accrus considérablement et accomplissent leur fonction avec un maximum d'efficacité. Une multitude de papilles sensorielles au niveau de la tête et de la ligne latérale lui permettent de se localiser et de se nourrir en percevant les ondes de pression les plus infimes à l'approche d'un corps solide même en mouvement. Il  possède un véritable sens du toucher à distance.
Dimorphisme sexuel : Le mâle reste plus petit que la femelle il ne dépasse pas les 8 cm de plus il est plus svelte
Comportement : Poisson grégaire, paisible bien que très actif en permanence. À maintenir impérativement en groupe d'une petite dizaine d'individus. Maintenu seul, ou pas assez nombreux  il devient dépressif et ne vivra pas longtemps.
Milieu : Bac spécifique de préférence. L'idéal sans aucun éclairage ou avec une lumière bleutée. Un 150 litres est l'idéal pour maintenir un groupe d'une dizaine d'individus. Le fond est constitué de sable fin dans lequel il aime fouiller. Quelques pierres plates empilées sur des roches granitiques suffisent à recréer un décor de grotte. Il n'est pas trop exigent sur les paramètres physico-chimiques de l'eau il supporte des Dureté, jusqu'à 26°dGH, mais cette valeur ne lui est pas favorable sur du long terme. La valeur idéale est comprise entre 11 et 19°dGH et un pH de 7,2 à 7,6. Une température 20-25°C. Une bonne filtration lui est nécessaire de 1 ½ à 2 fois  le volume par heure, car il aime les eaux cristallines, de plus sans nitrites et avec un taux de nitrate le plus bas possible. De fréquents changements d'eau, sont assurés chaque semaine d'une valeur de 25 à 30% du volume du bac. Les masses filtrantes sont nettoyées toutes les 4 semaines.
Reproduction : la Dureté ne doit pas être inférieures à 14°dGH car les larves sont sensibles à l'eau douce et peuvent mourir d'hydropisie. La température se situe entre 23 et 25°C. Autrement les autres paramètres sont identiques. Facile dès qu'il mesure environ 6 cm, le Tétra aveugle pond pratiquement dans n'importe quel environnement. Mais pour obtenir les meilleurs résultats, il est placé dans un bac nu. Aucun obstacle ne doit gêner ses ébats tumultueux, et plus particulièrement les plantes qui le perturbent.  Seul le fond est éventuellement recouvert de petits galets ou de billes de verre. Si le diffuseur est inutile, la mise en place d'un ou deux petits filtres intérieurs à exhausteur débouchant à la surface est indispensable. L'eau est ainsi brassée, aérée et épurée sans gêner les alevins. Et pour éviter la consommation des œufs par les parents, si souvent présentée comme un fait normal, une nourriture variée leur est proposée chaque jour, soit des nauplies d'artémia, du plancton de mare ou des vers de vase. Un couple est sélectionné parmi le banc et introduit dans le bac de ponte (prévoir un volume minimum de 80 litres). La parade frénétique ne tarde pas à débuter. Dès le début, le mâle tourne autour de sa compagne. Puis les poursuites interviennent, entre coupées de séquences de nages côte à côte. Très vite les partenaires se rendent près de la surface et le mâle enserre sa bien-aimée. Sous l'étreinte, la laitance est émise et les œufs expulsés (400 à 800), en eau libre, coulent au fond. La ponte dure environ deux heures. Dès qu'elle est terminée, le couple est ôté. Le frai, lucifuge, doit rester à l'abri de la lumière pendant plusieurs semaines. À une température de 24°C, l'éclosion se produit en 3 jours. Puis 6 à 7 jours après, les alevins ont résorbé leur vésicule vitelline. Affamés, ils partent immédiatement en quête de nourriture. La nage libre coïncide avec la première distribution de nourriture. Étant donné leur petite taille, il faut être en mesure de distribuer les proies vivantes les plus fines. Les infusoires est la première nourriture à distribuer. 3 jours. Pendant toute la période de la naissance au stade de l'alevin,  il faut veiller à une hygiène parfaite. En même temps, ajoutez des nauplies d'artémia en très petite quantité. Tant que le jeune n'avale que du plancton, son ventre bien gonflé est blanchâtre à grisâtre. Dès qu'il peut absorber des nauplies d'artémia, son ventre vire à l'orange. À ce moment, en plus du plancton, les nauplies sont distribuées en ration normale. Si les conditions sont optimales (changement partiel et quotidien d'eau, nourriture excellente en qualité et en quantité, transfert dans un ou plusieurs bacs de grossissement). La croissance est rapide, normalement à 4 mois il est mâture et il peut vivre sans problème 3 ou 4 ans.
Nourriture : Petites proies vivantes ; Drosophiles, petits cafards, petits vers, larves de moustiques, chironomes, daphnies. Accepte sans difficulté les aliments secs et lyophilisés.
Remarques : Quand il est maintenu en bac communautaire. Il est préférable de ne pas introduire de plantes, surtout des plantes aux feuillages très fin, car son système de détection ne lui renvoi pas les bonnes informations. Pour la reproduction la Dureté ne doit pas être inférieures à 14°dGH car les larves sont sensibles à l'eau douce et peuvent mourir d'hydropisie. La température se situe entre 23 et 25°C.
Particularité : l’œil existe chez le nouveau-né. Certes de petite taille, pigmentée de noir et apparemment fonctionnel. Mais après trois semaines de vie environ, l’œil, d'un diamètre de 2 mm, ne grandit plus. Il s'enfonce petit à petit dans la cavité orbitale et commence à régresser. Le globe oculaire s'aplatit et se recouvre totalement d'un épais tissu adipeux vers l'âge de deux mois. Finalement les muscles moteurs et le nerf optique dégénèrent. Cette sous-espèce perd alors totalement la vue.  
Taille : Mâle 8, femelle 9 cm.
Eau : pH: 7,2 à 7,6. Dureté : de 11 à 19°dGH.
Température : 20 à 25°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Astyanax jordani ( Tetra aveugle )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [résolu]arrét 820L ( réalisation d'un bac a tetra aveugle)
» cohabitation betta/tetra aveugle
» L'axolotl
» Tetra Aquasafe ou Sera Aqutan ou JBL Biotopol?
» chiot aveugle besoin d'aide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: characidés ( Africains, Américains ) :: characidés Américains-
Sauter vers: