Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Pseudocrenilabrus Philander.Philander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Pseudocrenilabrus Philander.Philander   Sam 23 Juin - 6:00




Synonymes : Haplochromis philander philander, Hemihaplochromis philander philander, Tilapia philander.
Historique : L'espèce a été décrite en 1897 par Weber, elle fut importée pour la première fois en 1911 par les piscicultures exotiques qui se trouvaient à Conradshöhe dans la banlieue de Berlin.
Habitat : Il séjourne dans une vaste région,  dans les cours d'eaux, étangs, marais, rivières.
Originaire : Afrique ; région de la source du fleuve Zaïre.
Description : Une des particularités de ce poisson n'est pas étrangère aux différentes interprétations lors de la détermination du genre : il n'y a pas d'ocelles sur la nageoire anale des mâles. Le rôle de ces ocelles est maintenant bien connu; faire croire à la femelle qu'il s'agit de quelques œufs éparpillés. Et l'inciter à approcher sa bouche de l'anale du mâle où elle va prendre du sperme que fécondera les œufs qu'elle déjà en bouche. Pseudocrenilabrus Philander Philander atteint une longueur de 10 cm maximum, ce qui le range dans la catégorie des « Cichlidés nains ». Les femelles restent en dessous de cette taille. Chez cette espèce le dimorphisme sexuel est très prononcé, de sorte qu'il est très facile de distinguer les sexes. La couleur de base du corps est en majeure partie jaune citron. On distingue un reflet métallique bleu clair sur la lèvre inférieure et s'étendant jusqu'à la gorge. Le même reflet a paraît souvent sous forme de dessins de coloration dans les nageoires impaires, ainsi que sur l'ensemble de la surface du corps. La nageoire anale des mâles matures est dorée avec de nombreuses taches rouges. La sous-espèce Pseudocrenilabrus philander dispersus se distingue par une bouche plus grande une coloration de la lèvre supérieure en bleu et par des prémaxillaires prolongées. La taille de cette sous-espèce atteint les 11 cm.
Dimorphisme sexuel : Les mâles n'ont pas d'ocelles comme leurs parents du genre Haplochromis. Par contre, les extrémités de leur nageoire anale ont une couleur orange à rouge carmin. Lors de la ponte, elles peuvent être pliées et présentent alors une vague ressemblance avec un œuf, en tout cas cela est suffisant pour tromper la femelle. Les femelles, ainsi que les jeunes mâles ont une robe très modeste de couleur gris souris à jaune clair. Sur le dos les teintes sont un peu plus foncées. Lorsqu’un éclairage les touche de face, des couleurs irisantes bleuâtres à verdâtres apparaissent.
Comportement : Territorial. En période de reproduction il est très agressif et en plus belliqueux. Il ne touche pas directement aux plantes, mais il creuse énormément le substrat. Prévoir 1 mâle pour 3 femelles. 
Milieu : Un aquarium de taille moyenne, d'une contenance de 150 litres au minimum, plutôt large que haut, lui convient très bien. Les couleurs de la robe sont accentuées par un sol et un arrière-fond sombres. Outre les racines, des morceaux d'ardoise, empilés de manière à créer quelques grottes, sont aussi les bienvenus, cela permet à la femelle de se soustraire à la vue du mâle. Les plantes aquatiques ne seront pas endommagées. On donnera tout de même la préférence à celles ayant de grandes feuilles, telles que les espèces des genres Echinodorus et Aponogeton par exemple. Comme sol, un gravier foncé à petite granulométrie est recommandé. Il ne devra pas comporter de composants à arêtes vives, car ces poissons aiment bien prendre de temps à autre une grande " bouchée " qu'ils mâchonnent avant de la recracher. Du point de vue eau, on peut dire que cette espèce accepte sans problème une eau fraîche. La température dite de maintenance entre 23 et 28°C. Les valeurs physico-chimiques de l'eau ici ne sont pas importantes  tout d'abord le pH, compris entre 6,5 et 7,5, l'eau la mieux supportée est celle ayant une Dureté de 15°dG, mais des valeurs plus élevées sont également acceptées, même lors de la reproduction. Enfin la filtration doit être efficace de deux à trois fois le volume heure.
Reproduction : La parade nuptiale de ce cichlidé africain présente beaucoup de tempérament et de vivacité. Elle peut durer plusieurs heures. Le plus marquant est de voir les "vibrations" du mâle par lesquelles il veut attirer l'attention de la femelle et l'inciter à se rendre dans le territoire qu'il a choisi. Au centre de ce territoire se trouve généralement. Une excavation, creusée par le mâle, dans l quelle doit se dérouler la ponte proprement dite. Lorsque la femelle est prête, elle suit le mâle qui effectue alors une " nage guide " à travers le territoire pour conduire sa partenaire auprès de la cuvette. Parfois la femelle ne s'en approche pas trop près, mais stationne à proximité et attend. Le mâle déclenche alors le rituel en "balayant" le sol à l'aide de sa nageoire caudale. En même temps il passe sa nageoire anale contre le fond de la cuvette avec de légers tremblements du corps. Voyant cela, la femelle décide de rejoindre son partenaire et participe au nettoyage du site. Elle va également presser l'arrière de son corps contre le substrat qu'elle va frôler en le traversant. Ce rituel peut se prolonger durant plusieurs heures avant que la ponte débute. La femelle dépose alors jusqu'à 70 œufs au fond de la cuvette creusée dans le sol. Elle les prendra de suite en bouche, tels que, c'est-à dire non fécondés. La fécondation se fait par la suite, lorsque la femelle happe en direction de la  nageoire anale du mâle vers ce qu'elle croît être des œufs. A cette occasion elle aspire du sperme libéré par le mâle, de sorte que les œufs sont fécondés dans sa bouche. Lest aches oranges déjà mentionnées auront alors rempli leur rôle. Par la suite les mouvements de mâchonnement exécutés par la femelle indiquent qu'elle a bien positionné les œufs dans sa gorge où ils restent durant le temps de l'incubation. Elle va se retirer parmi la végétation ou se trouver une autre cachette où elle sera à l'abri des assiduités du mâle. Durant l'incubation buccale (ovophile), elle ne va pas s'alimenter, ce jeûne forcé va évidemment l'affaiblir. Il ne faudrait pas qu'elle soit obligée de dépenser trop d'énergie pour se protéger du mâle qui l'importune. Les œufs sont relativement grands, d'un diamètre 1,5 à 2 mm de couleur miel et brillants. La grande vigilance des parents est la meilleure protection. Ces derniers appliquent leurs soins de la ponte jusqu'à la nage libre. Cette attention soutenue se manifeste aussi par une augmentation de l'agressivité des parents. En période de frai les mâles sont très irritables et attaquent parfois leurs cohabitants sans raison apparente. Les congénères ne devront pas trop s'approcher du lieu de ponte. Les alevins effectuent leur première sortie après 15 jours d’incubation, ils mesurent quelques mm et continuent à trouver refuge dans la cavité buccale maternelle pendant plusieurs jours. Les intrus dans le territoire sont impitoyablement pourchassés. En général, cela se passe sans qu'il en résulte de graves blessures. Sauf dans un volume d'eau trop restreint.
Nourriture : Proies vivantes, congelées, lyophilisées; larves de moustiques, tubifex, artémia, cyclops, gammares, vers de terre. Carnassier il accepte le cœur de bœuf râpé et enrichi de gouttes de vitamines. L'aliment en flocon et  lyophilisées est bien accepté,
Taille : Mâle 10 cm, femelle 8 cm.
Eau : pH: 6,5 à 7,5. Dureté : de 13 à 18, idéal 15°dGH.
Température : 23 à 28°C,  reproduction optimal à partir de 25°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Pseudocrenilabrus Philander.Philander
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pseudocrenilabrus philander
» Dans quels magasins trouvent-ont ces poissons?
» photos pseudocrenilabrus multicolor victoriae
» pseudocrenilabrus nichosi
» pseudocrenilabrus multicolor ssp victoriae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: cichlidés ( Américains, Africains, Asiatiques ) :: Africains-
Sauter vers: