Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Myleus rubripinnis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Myleus rubripinnis    Mer 6 Fév - 5:29


Photo/  Pisciculture d’Estalens.

La sous-famille est riche de quatre genres: Colossoma, Myleus, Mylossoma et Metynnis. Ces poissons vivent en bancs nombreux, ce sont des grands nageurs et se déplacent très vite le long des fleuves et des canaux. Dans la nature, ils se retrouvent surtout dans la forêt inondée, les canaux naturels s'écoulant dans la forêt pluviale et dans le cours moyen des grands fleuves même à proximité des villes. Bien qu'il s'agisse de poissons omnivores, ils marquent une nette prédilection pour les végétaux. En milieu naturel, ils se nourrissent non seulement de plantes aquatiques, mais aussi et surtout des fruits et des baies qui tombent des arbres et des buissons bordant les berges.. Au contraire des Piranhas, les dents des Myleinés sont plates et molariformes, aptes à mastiquer et hacher même les végétaux les plus coriaces; en outre, leur appareil digestif est fort adapté à l'assimilation de la cellulose. Dans l'aquarium, il va sans dire que ces macro-phytophages nécessitent un copieux apport végétal ; nourriture en paillette, épinards, salades.

Synonymes : Tetragonopterus rubripinnis, Myloplus rubripinnis.
Historique : La première description date de 1849 par Valenciennes.
Habitat : Il est présent dans des biotopes très différents, mais ils se retrouvent surtout dans la forêt inondée, les canaux naturels s'écoulant dans la forêt pluviale et dans le cours moyen des grands fleuves. Au Brésil il est nommé  « Pacu de corredelra » à cause de sa préférence pour les eaux agitées et à fort courant.
Originaire : Amérique du Sud. Largement répandue à travers le continent du Brésil au Venezuela, sans oublier les Guyanes.
Description : La forme générale du corps est discoïde. Le profil ventral est régulièrement arrondi jusqu’aux pelviennes puis rectiligne. La base de l’anal est très oblique, orientée à  moins de 45° de la verticale. Corps  haut et d’aspects massifs, comprimé latéralement. Il peut atteindre les 2,5 kg dans son milieu naturel, en aquarium sa taille dépasse rarement les 14 cm.  La tête possède une bouche  peu profonde, située en position terminale. La commissure est située en avant de l’œil et l’ouverture de  la bouche au niveau du tiers inférieur de l’œil. La membrane  à la commissure est lisse. Deux crêtes courtes sont situées au  palais juste en arrière des dents du prémaxillaire. Les lèvres  sont fines et les dents de la série labiale du prémaxillaire  apparaissent à l’extérieur de la bouche même lorsque celle-ci est fermée. Dents plates et molariformes, aptes à mastiquer et hacher même les végétaux les plus coriaces, elles ont la particularité de pousser continuellement. Adulte la robe est argenté avec des reflets rouges et vert, métallisé dus  à la couleur de sa peau. Sa nageoire adipeuse est plus haute que large. Ses nageoires impaire, surtout l'anal sont rouge. La nageoire du  mâle est bilobée et sa nageoire dorsale présente des prolongements filamenteux. Certains juvéniles suivant le lieu de capture ne présentent pas de liseré noir sur le premier rayon de la nageoire anale.
Dimorphisme sexuel : Relativement marqué: la nageoire anale du mâle adulte est- plus longue et pointue, en forme de faucille et de couleur rougeâtre, alors que celle de la femelle est droite et incolore.
Comportement : L'espèce est très grégaire elle se déplace toujours  en agrégat.  Leur comportement intraspécifique et interspécifique est vraiment irréprochable. Il faut quand même éviter de mettre des poissons de petites tailles inférieures à 6 cm. Bien qu'il s'agisse de poissons omnivores ils marquent un grand intérêt pour les végétaux aquatiques. Choisir de préférence une plantation aux grandes dimensions comme les Échinodermes, aux feuillages larges.
Milieu : Pour des raisons de convenance il est  évident que pour une telle espèce, il faut voir grand.  Le volume de la cuve ne doit pas être inférieur à 800 litres et 2 mètres de façade au minimum, il est même raisonnable de prévoir un 1 000 litres pour  6-7 individus (adulte il peut atteindre les 2,5 kg).  Le substrat sombre est constitué de tourbe et  de sable d'une granulométrie moyenne, une épaisseur minimum de 9-10 cm, qui ne doit pas comporter d'aspérités. Prévoir une végétation abondante, très robuste bien enracinées, comme ;  Echinodorus cordifolius, Echinodorus horizontalis, Echinodorus macrophyllus, Echinodorus subulatus. Le décor de fond peut recréer une bordure de berge avec un amoncellement de racines.  La filtration ainsi que le brassage doivent être dès plus efficaces pour assurer une parfaite  oxygénation et une eau débarrassé des particules en suspension. Quatre  à cinq  fois le volume du bac par heure est fortement conseillé, avec un nettoyage régulier des masses filtrantes pour éviter tout colmatage. Ici les paramètres physico-chimiques de l'eau peuvent être compris entre 5,5 et 7 maximums, préférence pour une eau acide. Pour le pH, une Dureté de 3 à 6°dGH, pour une température de 23-27°C. De fréquents changements d'eau sont assurés chaque semaine, d'une valeur de 30 à 35% du volume du bac. L'intensité lumineuse forte est préférable. Par contre pour le maintenir en très bonne santé et pour des longues années le nitrate doit être maintenu le plus bas possible inférieur à 5 NO3 est nécessaire. Donc ici un osmoseur est nécessaire ou la récupération d'eau de pluie, une autre solution en complément consiste de mettre les racines d'un Philodendron  pertusum  directement dans l'eau, cette plante est une très grande consommatrice de N03, sans oublier une Scindapsus aureus.
Reproduction : Possible mais relativement complexe. Dans son milieu naturel la reproduction est asynchrone elle dure toute de l'année, elle se déroule dans des zones calmes parmi les herbiers. Elle est plus importante pendant la saison des pluies.  En aquarium la reproduction  est possible. Il est presque identique au Serrasalminae, la seule différence est que les parents n'apportent aucun soin à la ponte et il faut bien-sur un volume d'eau adéquate pour l'espèce.  La période du frai débute  généralement autour d’Avril et mai pendant la saison des pluies.  Dans un premier temps il faut monter et maintenir la température de l'eau à 28-29°C. Voici les conditions physico-chimiques de l'eau les mieux adaptées, la Dureté sera de 4°dGH. Le pH restera de préférence dans la fourchette des 6-6,8. Prévoir une végétation  de surface sans oublier des grandes plantes aux feuillages imposants. Un apport d'eau plus fraîche de 25%  pour faire descendre la température de l'eau aux alentours de 24°C momentanément, est un facteur qu'il ne faut pas négliger. Sans oublier une distribution de nourriture comme ; banane, pomme, poire, ananas, haricots verts, petits pois, concombre, laitue, épinard, mouron. Des proies vivantes de préférences ;  daphnies, petits vers de terre, limaces, cyclops,  larves de moustiques, crevettes.  Le futur couple doit se choisir lui-même, alors un peu de patience la maturité sexuelle est atteinte vers les 1 ans ou à une taille de 10 cm. Ceci conduit rapidement à un changement de livré du mâle en général plus sombre. Le couple se délimite une assez vaste zone, où il ne tolère pas la présence d'autres poissons. Les prémices sont très discrètes. L'aurore est le moment propice à une ponte.  Les œufs sont petits, environ 2,5 mm  pondus par la femelle et immédiatement fécondé par le mâle, jaunâtres et collant, au nombre de 1 000 en moyenne. Les œufs tombent en petits groupes sur le sol et sont partiellement dissimulés par le sable. Après la ponte le couple se désintéresse de leurs progénitures. À 28°C, l'éclosion débute au bout de 36 à 48 heures.  Ils pendent aux  plantes, vitres du bac, etc... .La vésicule vitelline est résorbée au bout de quelques jours, il faut encore attendre une petite semaine pour que les larves atteignent la nage libre. Il faut maintenant  récupérer les alevins  avec une grande précaution. De toute façon, il est  conseillé de retirer les parents  pour éviter un début de cannibalisme. L'idéal est un bac spacieux sans substrat pour une hygiène parfaite, mais avec beaucoup de plantes. Dans un premier temps les larves sont  zooplancton phages (se nourrissant de micro-organismes animaux constituant le zooplancton).  Puis à  une taille de 1 cm ils deviennent macro-phytophage, apport végétal ; nourriture en paillette, épinards, salades, sans oublier un apport  d'artémias adultes ou  nauplies, mysis, krill, daphnies, cyclops, et larves de moustiques.
Nourriture : Nécessite un copieux apport végétal 3 fois par jour ; banane, pomme, poire, ananas, haricots verts, petits pois, concombre, laitue, épinard, mouron. Nourriture en paillette. Et un complément de daphnies, petits vers de terre, limaces, cyclops,  larves de moustiques, crevettes.
Remarques : Il est préférable d'acheter un groupe de juvéniles, la maintenance au départ est plus facile.  Gros mangeurs auxquels il faut offrir de la nourriture, fréquemment et abondamment, sans quoi ils n'hésiteront pas à s'attaquer aux plantes.
Particularité : Il peut vivre de nombreuses années, mais il ne supporte pas les nitrates.
Taille : Mâle, femelle en aquarium 14 cm.
Eau : pH: 5,5 à 7. Idéal 5,5 à 6,5. Dureté : de 3 à 6°dGH.
Température : 23 à 27°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Myleus rubripinnis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bac sud-américain
» Myleus schomburgkii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: characidés ( Africains, Américains ) :: characidés Américains-
Sauter vers: