Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Pseudacanthicus spinosus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Pseudacanthicus spinosus   Ven 13 Sep - 9:18



Synonyme : Hypostomus spinosus castelnau.
Historique : L'espèce est décrite pour la première fois en 1855, par Castelnau.
Habitat : Il peuple les cours d'eau rapides et clairs du bassin amazonien. Se fixe aux rochers ou aux végétaux (racines, branches d’arbres), tombés dans l'eau.
Originaire : Amérique du sud ; Brésil, système fluviatile des rios Tocantins et Araguaia.
Description : Il appartient à la famille des Loricaridés, dans laquelle nous retrouvons aussi les Peckoltia, les Otocinclus ou encore les Loricaria. Le corps,  est  massif et trapu, protégé par quatre ou plusieurs plaques osseuses sur la partie pré dorsale. Cinq rangées de plaques sont aussi présentes sur le pédoncule caudal. L’ensemble du corps est recouvert de nombreux odontodes (excroissance osseuse en forme d’épine). Chez les deux sexes le dos est  légèrement bombé, tandis que la région ventrale reste aplatie et nue. La tête est particulièrement imposante, avec les yeux situés au sommet du crâne, permettant au poisson de repérer d'éventuels prédateurs. La robe d’un juvénile est  clair, elle deviendra gris pâle à l’âge adulte. Les points sombres ne grossissent pas avec l’âge, mais ceux-ci paraitront plus petits.  La coloration de sa robe peut changer légèrement, suivant le milieu où évolue le poisson; il ne s'agit pas là d'une  homochromie très efficace, mais cela lui permet de rester plus discret. Les nageoires sont relativement larges, avec des nageoires pectorales aux bords redoutablement dentelés. La queue est fourchue, mais sans aucun filaments. Présence d’une nageoire adipeuse.
Dimorphisme sexuel : La présence d’odontoïde inter operculaire et pectoral sont un peu plus développés chez le mâle.
Comportement : Robuste, il convient parfaitement pour un aquarium communautaire de grande dimension à partir de  1 000 litres. Relativement calme, hors période de reproduction, sauf exception. En période de frai, il a vraiment du caractère il devient très territoriale et n’hésite pas à  chasser des poissons plus gros que lui. Les femelles sont souvent plus calmes. L'agressivité ne commence pas avant l'âge de la maturité sexuelle 2 à 3 ans, pour impressionner ses éventuelles adversaires il n'hésite pas à hérisser  ses nageoires, puis à engager le combat. Il mord souvent ses opposants et peut provoquer de graves blessures.
Milieu : Pour son bien-être, cette espèce a besoin d’un grand bac, il est illusoire de vouloir garder un-t-elle poisson dans un volume inférieur à 1 000 litres. Il est recommandé de maintenir un petit groupe de la même  espèce (3 minimum). Les paramètres physico chimiques seront ; une eau dont la température devra être comprise entre 22 et 28°C, optimal 24°C, pH 6,5-6,9, et une Dureté maximale de 14°dGH. L’ensemble devra  être parfaitement oxygéné, grâce à une puissante filtration 3-4 fois le volume de l'aquarium en 1 heure et peut être même, en complément une pompe  de type (Tourbel). Ici la végétation n’est pas obligation, mais si vous opter pour cette option prévoir des plantes solidement enracinées, mais sans démesure. Il est nettement préférable de prévoir en décors que des surplombs  de pierres, créer des grottes artificiels avec des gros pots en argiles (lieu de nidification)  et des enchevêtrements de racines de tourbière qui leurs procureront des cachettes dans lesquelles ils se sentiront en sécurité. Dans cette espace ils se constitueront leurs propres territoires. L'entretien régulier des masses filtrantes est assuré toutes les 4 semaines. Prévoir un changement d'eau hebdomadaire de 20 à 30 %. Attention au  Nitrate. L’intensité lumineuse de moyen à intense, créer des zones d’ombres,  surtout au niveau des grottes qui ne doivent pas recevoir de lumière.
Reproduction : L’espèce n’est pas difficile à reproduire. L’idéal est un  bac de 1 000 litres ou mieux encore 1 500 litres, une température de l’eau monté  à 27-29°C, un Ph avoisinant 6,0 ; et la Dureté qui côtoie les 7°Dgh. Effectuer alors,  un import très important d’eau plus fraiche, pour recréer la saison des pluies, et ainsi faire chuter la température de plusieurs degrés.  Il est possible de descendre  jusqu’à  22°C.  Cette méthode doit déclencher le frai, quand vous voyez le mâle se réfugier dans sa grotte  (pot en argile,) c’est que le processus est enclenché. Stabiliser l’eau alors vers les 25-26°C. La parade commence par le mâle qui  déploie alors tous ses charmes, nageoires dressées, effectuant des  bonds pour parader devant la femelle. Pendant le frai, les protagonistes paradent comme les plecostomus. Après des  poursuites violentes, ils se frappent avec les nageoires et parfois  finissent même  par se blesser (très rarement). Quand le couple s'est formé, le mâle tente d'amener la femelle à pondre en lui prodiguant une stimulation de la nageoire anale. Puis les partenaires disparaissent dans le site de ponte choisi, qu'ils ne quittent pratiquement plus quelques fois pendant trois jours. Puis quand madame est enfin prête en soirée, ou la nuit, elle dépose entre 80 et 350 œufs (suivant la grosseur de la femelle), en une masse compacte. Ils sont fortement adhésifs,  gros de 3 à 3,5 mm de diamètre et de couleur jaune. Elle abandonne le site de ponte dès que le mâle a fécondé les œufs, et n'a plus le droit d'y pénétrer. Seul. Le mâle est très attentif à sa progéniture, il suce les œufs, les fait rouler dans un mouvement de va-et-vient, de manière à les oxygéner, par cette opération finalement, il les délivre de leur membrane. Après 5 à 8 jours, suivant la température, les larves éclosent. Elles mesurent plus de 10 mm et vont vivre encore une semaine sur la réserve de leur sac vitellin. Les alevins, d'une taille de 15 mm, n'apparaissent qu'au moment de la nage libre. Ils semblent chercher les endroits les plus sombres et ne s'éparpillent que lors des distributions de nourriture. Ils se déplacent par petits bonds (comme dans la Nature), pour ne pas être entraînés par le courant. En premier, l'alevin mange de la très fine nourriture verte (Tetra Tabimin) réduit en poudre, de la spiruline. Puis  ensuite des petits pois écrasés et des nauplies d'artémias. La croissance est rapide les premières semaines avec une nourriture adaptée, puis elle ralenti. Au bout d’une petite dizaine de jours. Il faut augmenter la part carné ; crevettes, moules nauplies d’artémias et réduire petit à petit la part végétale. Pendant toute cette période il est important de faire des changements d'eau réguliers  d'une qualité identique.
Nourriture : Énormément carnivore ; Chair de poissons, moules, crevettes, vers de vase, petites lombrics. L’espèce n’est pas herbivore, comme beaucoup de gens  le pense. Mais on peut  avec modération lui apporter en complément quelques végétaux.
Remarques : Il faut faire très attention pour les capturer avec une épuisette pour ne pas les blessés, car les nageoires pectorales ainsi que le corps est recouvert de nombreux odontodes (excroissance osseuse en forme d’épine) elles constituent autant de pointes acérées,  qui lui servent à s'accrocher. Comme il est un gros mangeur il pollue énormément,  la filtration doit être prévue en conséquence
Particularités : L’espèce est  très sensible dans une eau qui contient trop de nitrates, qui est mal oxygéné.
Taille : Mâle, femelle 15 cm. Dans la nature il peut atteindre les 26 cm.
Eau : pH: 6,5 à 6,9 (7,5 maximum), il préfère nettement les eaux acides. Dureté : de 3 à 14°dGH.
Température : 22 à 28°C, optimal 24°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Pseudacanthicus spinosus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» acanthus spinosus
» Creoxylus spinosus (P.S.G n° 31)
» Creoxylus spinosus (P.S.G n° 31)
» Plantes très faciles
» Alimentation des Testudo graeca au Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: silures-
Sauter vers: