Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Brochis Treitlii ( corydoras à long museau)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Brochis Treitlii ( corydoras à long museau)   Sam 5 Oct - 4:32



Synonyme : Inconnu.
Historique : Brochis Treitlii a été nommé ainsi en l'honneur du Zoologiste Treitl. L'espèce  a été décrite  pour la première fois en 1906, par Steindachner. Les  descripteurs ichtyologistes,  Nijssen et Isbrücker en 1983, décrire une autre forme plus allongée du museau (la souche du Pérou).
Habitat : IL existe 4 formes de Brochis treitlii. L’espèce type réside dans  l’état de Maranhão. Dans le fleuve Parnaiba, qui en toutes saisons possède un débit tout à fait correct. Sa présence est aussi signalée, dans les affluents qui se jettent dans le fleuve. Les eaux ou il évolue sont claires, peu profondes de 30 cm à 70 cm à la limite des zones des courants, comme les criques. Fréquente aussi  le bord des berges, aux  fonds sablonneux grossiers dans lesquels il farfouille à la recherche de nourritures composées de ; vers, crustacés et de larves d'insectes, sans pour autant blesser leurs délicats barbillons. Le sol est parsemé de pierres,  avec quelques résidus de bois (racines).  La végétation aquatique n’est pas très abondante.  
Originaire : Amérique du Sud ; Nord-est du Brésil, le Rio Parnaíba (espèce type). Rio Nannay, rio Amazonas ; Pérou, près de la Cordillère des Andes, et la Colombie.
Description : Il se caractérise par une ligne relativement élancé pour un Brochis, le ventre est plat. D'une taille modeste il atteint 7 cm pour la femelle, le mâle est légèrement plus petit. Le  museau est long (surtout la souche issu du Pérou), se terminant avec six barbillons qui ont un triple rôle ;  Ils se reconnaissent lors d'un attouchement d'une fraction de seconde, pour les préliminaires amoureux, et la recherche de nourriture. La coloration diffère suivant la zone géoghaphique de capture, elle est plus ou moins marquée. Ses flancs sont recouverts de deux rangées de plaques osseuses rectangulaires, dont la disposition rappelle une armure médiévale. Ses plaques dermales lui assurent une protection efficace contre tout prédateur. Les premier rayons des pectorales, de même que celui de la dorsale, se transforment en piquants redoutables, l'épine dorsale est érectile et peut se verrouiller par une articulation.
Dimorphisme sexuel : En dehors de la période de reproduction, c'est dire pendant la saison des pluies il est difficile de faire une différence, les femelles sont plus lourdes et plus grosses que les mâles pour une même taille. Autrement il est impossible de déterminer le sexe à partir des caractéristiques externes.
Comportement : Paisible, robuste, grégaire. Dans la nature il vie en petits groupes, parfois clairsemés, parfois denses en période de reproduction. Il faut donc le maintenir de préférence en petit groupe à partir de 5 sujets. Pratiquement toujours en mouvement, il se repose rarement. Très fouisseur, toujours à  la recherche de la nourriture, il est préférable d'enraciner profondément les végétaux ou de les cultivées en pots.
Milieu : L'idéal est un 500 litres. Un volume de 250 litres d'eau est le minimum nécessaire pour avoir une surface au sol acceptable, sans obstacle pour la nage, il aime évoluer librement. L'espèce s'adapte aux différents paramètres de l'eau; pH 6,0 à 7,5 maximum et une Dureté de 3 à 15°dGH. Pour la température de l'eau entre 20 et 24°C. Il apprécie une végétation dense sur les pourtours uniquement (Echinodorus parviflorus, Echinodorus quadricostatus, Echinodorus tenellus, Echinodorus angustifolius, Echinodorus portoalegrensis). Un grand espace, libre, composé de sable grossier.  Ce-dernier ne doit pas comporter d'arêtes vives pour ne pas endommager les longs barbillons. Aime les cachettes  (racine,  pierres), où il peut se dissimuler  volontiers pour se reposer. L'intensité lumineuse du bac ne doit pas être trop puissante. Des plantes flottantes peuvent contribuer à créer des zones moins éclairées (Salvinia auriculata, Limnobium laevigatum....). , mais sans l'empêcher d'accéder à la surface pour qu’il puisse happer de l'air. Comme il est très remuant il lui faut une bonne filtration. De plus dans son milieu naturel il fréquente les zones plus ou moins mouvementées, il faut donc recréer un brassage d'eau, de deux à trois fois le volume d'eau en 1 heure et cela pour avoir une eau limpide et propre. Prévoir un changement d'eau hebdomadaire de 25 à 30 % et l'entretien régulier des masses filtrantes qui est assuré toutes les 4 semaines.
Reproduction : Aujourd’hui il est possible de le reproduire, mais cette opération reste encore  difficile, il y a très peu de chance d'un déclenchement d'une ponte, dans un volume restreint en dessous de 300 litres, l'espèce a besoin d'espace. Elle intervient souvent après une chute de la pression atmosphérique et un changement d'eau plus froide, et massive 1/3 du bac, avec un paramétrage très précis ; Ph 7,4 ; dureté 12°dGH ; KH attention 2°KH. La température qui était à 24°C (saison sec) doit tomber à 22,2°C (saison des pluies). Mais avant cette action, il faut préparer les futurs géniteurs à savoir 3 mâles pour 1 femelle, âgés de 11 mois minimum et de 3 ans maximum, d'une taille dépassant les 5 cm. Ont les stimules avec de la nourriture vivantes ; larves de Moustiques, petits vers de terre, asticots, vers de farine. On peut observer que la femelle devient plus ronde et que les mâles s'affrontent en se poussant réciproquement de la tête. Mais les combats n'impressionnent pas la femelle, et n'occasionnent jamais la moindre blessure chez les mâles. Le frais peut se dérouler soit en bac communautaire soit en bac de ponte, comportant des plantes à feuilles dures. Tout commence généralement à la tombée de la nuit quand le soleil passe derrière l’horizon, les mâles poursuivent la femelle et lui donnent sans arrêts des coups de tête. D'habitudes calmes ils deviennent très agiter. Puis la femelle nettoie quelques feuilles ou une surface de la vitre de l'aquarium. C’est au petit matin lorsqu’elle est prête à  pondre, que le mâle se place au-dessus d'elle. Puis tous deux se déplacent frénétiquement en rond, dans cette position, et s'arrêtent pour nettoyer ensemble un support de ponte. Le mâle incite la femelle à rouler sur le flanc après s'être lui-même couché sur le côté en lui caressant le dos et la nuque avec ses barbillons. Puis le couple se placent tête bêche et le frai peut alors commencer par un accolement ventral où la femelle fixe sa bouche à l'orifice génital du mâle, au cours de cet accouplement, le mâle expulse sa semence en eau libre. En même temps, elle pond de deux  à cinq œufs  à la fois. L'étreinte dure 30 secondes environ. Ensuite les partenaires  se séparent. La femelle recueille les œufs de couleur blanc légèrement jaunâtre et transparents, d'une grosseur de 1,3 mm de diamètre. Elle les transporte dans une poche formée par ses nageoires ventrales. Puis elle va fixer les œufs sur le site choisi et nettoyé. Pendant ce laps de temps les mâles restent indifférents. Ces derniers redeviennent actifs dès qu'un nouveau cycle commence, le frai peut durer plusieurs heures et recommencé toutes les deux semaines environ. Il faut assurer pendant les pauses d'accouplements, de la nourriture vivante aux géniteurs afin qu'ils puissent se restaurer. Au final il faut  compter une moyenne de 55 œufs, très collants, qui sont fixés sur l'envers des grosses feuilles de plantes. A 22,2°C les œufs sont majoritairement éclos en 3-4 jours. Les larves à la naissance sont très fragiles et sont grandes 4.5mm. Par contre leur sac vitellin est relativement petit et est résorbé en 3 jours. Dans le cas où vous avez choisi le bac communautaire vous pouvez  alors intervenir, avec une lame de rasoir si vous souhaitez récupérer les œufs à la main ou couper une feuille. Placer les œufs dans un tout petit aquarium avec l'eau du bac de ponte. Une hauteur d'eau de 7 à 9 cm, puis augmenté d'1cm tous les jours,  mais seulement à partir du troisième jour après les naissances avec une eau reposée et aérée depuis plusieurs jours, surtout lors du premier mois de croissance (il est préférable de garder un œil sur les œufs pour éliminer tous les œufs stériles).  Un diffuseur pour créer un courant, et quelques gouttes de bleu de méthylène  (solution à 5 % 2 à 3 gouttes pour 10 litres d’eau), pour retarder un maximum le développement des moisissures sur les œufs. Il faut attendre que le sac vitellin soit résorbé pour pouvoir commencer à nourrir avec une alimentation liquide (infusoires). Leur croissance est rapide, quand ils sont âgés d’une semaine, ils sont assez grands pour commencer à  manger des micro-vers, de la poudre fine, et des nauplies artémia. Effectuer des petits changements d'eau très régulièrement. Attention à la propreté du bac, une hygiène la plus stricte possible.  Correctement nourris, à 1 mois ils mesurent 8,5 mm, 15 mm à 2 mois, et 22 mm à 3 mois. La coloration identique à celle des parents, à partir de la IXème semaine.
Nourriture : Omnivore. Vers, insectes, artémias, comprimés lyophilisés, flocons.
Remarques : En cas de maladie (très rare) ne supporte pas la présence de sel à base de cuivre, même en très faible quantité et aussi les surplus de médicaments qui jonchent le sol, pendant et après les traitements (risque mortel).
Particularités : Il est capable de respirer l'air atmosphérique qui passe dans son sang grâce à son intestin modifié. Il se dirige précipitamment alors en surface pour absorber des bouffées d'air. Puis il regagne les couches inférieures de l'eau plus sécurisantes pour lui. Après en avoir prélevé l'oxygène, il rejette le résidu gazeux par l'anus. Le genre Brochis se distingue du genre Corydoras par le nombre de rayons de la dorsale, pour Corydoras le nombre de rayons est de 6 à 8 et pour les Brochis de 10 à 12 pour les grands spécimens 17 rayons. Il faut savoir que les Brochis présentent tous 6 barbillons.
Taille : Mâle 6,5 ; femelle 7 cm.
Eau : pH: 6,0 à 7,5. Dureté : 3  à 15°dGH, optimal 5 à 9°dGH.
Température : 20 à 24°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Brochis Treitlii ( corydoras à long museau)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A 'PY FEMELLE HUSKY PERDU EN ISERE ( 38 )RETROUVEE
» Les Chiens dit "Dangereux".
» Corydoras adolfoï
» corydoras
» Corydoras sterbai fou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: silures-
Sauter vers: