Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Nothobranchius eggersi (rouge)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Nothobranchius eggersi (rouge)   Mar 3 Déc - 8:25


Photo /http://estalens.fr

Synonymes : Inexistant.
Historique : Le descripteur du genre Nothobranchius, est '' Peters '', en 1868. Nothobranchius eggersi a été décrit en 1982, mais il a été introduit pour la première fois en Europe en janvier 1981. A l'époque, sous le nom de Nothobranchius. Sp " Ruhoi " fleuve dans la région de la Tanzanie. Le nom de cette espèce a été attribué en l'honneur du Killiphile allemand G. Eggers de Kaarst, car c'est lui qui l'a découverte, en compagnie de C. Kasselmann et L. Seegers au cours d'un voyage.
Habitat : Les rives du fleuve Ruhoi. Comme la plupart des membres du genre Nothobranchius, cette espèce vit également dans les marais, où les températures relevés monte jusqu’à 30°C, ceux-ci  s'assèchent totalement en saison sèche, de sorte que les œufs sont conservés dans le sol humide jusqu'aux prochaines pluies. Sa nourriture principale est constituée de larves d'insectes.
Originaire : Afrique orientale ; l'Est de la Tanzanie.
Description : L'espèce possède un corps plus haut que large, les écailles de la tête et des flancs sont dentées. Dans la nature, les mâles atteignent une longueur totale de 5 cm, les femelles 4 à 4,5 cm, en aquarium les deux sexes restent 1 cm en dessous de cette taille. Trois variétés de coloration de l'espèce Nothobranchius eggersi sont connues. Leur différenciation n'est évidemment possible que chez les mâles:
La variété fondamentale : bleu-vert, avec des taches et des traits rouges sur le corps des mâles et sur leurs nageoires impaires.
La variété " Rotkopf' '' (tête rouge): chez les mâles la tête, le cou et l'avant du dos sont rouges.
La variété rouge : les mâles ont une coloration similaire à la précédente mais avec en plus des taches rouges bien nettes sur le corps.
Dimorphisme sexuel : Le mâle est plus gros, possède une robe multicolore, alors que la femelle présente une livré beaucoup plus basique voir sans intérêt.
Comportement : Relativement bon, malgré cela il est préférable d'introduire 1 seul mâle dans un aquarium en dessous de 30 litres. C'est un poisson à courte durée de vie (6 mois).
Milieu : Cette espèce affectionne les hautes températures, dans la nature, on a constaté jusqu'à 30°C dans leur habitat. Pour la maintenance en aquarium, des températures de 24 à 27°C donnent de bons résultats. A des températures inférieures ces poissons sont apathiques, peu remuants, s'alimentent peu et pondent rarement. Si la température est trop élevée, la teneur en oxygène diminue rapidement ce qui a une influence défavorable sur les poissons, ils se tiennent à proximité de la surface où ils trouvent un peu plus d'oxygène et ont également plus de vitalité. La dureté et le pH de l'eau ne sont pas, des facteurs importants pour la maintenance et la reproduction. Mais pour ne pas faire n'importe quoi voici les valeurs les mieux adaptées ; Dureté de 4 à 15°dGH, pH 6,5 à 7. Un sol mou et de couleur sombre, réalisé à l'aide de tourbe. On choisira également de préférence des plantes à feuillage vert foncé, telles que, par exemple, certaines espèces du genre Cryptocoryne. La végétation est allégée, pour laisser assez d'espace pour nager librement, décor constitué de racines de tourbières, quelques roches, noix de coco, le tout dans une faible hauteur d'eau (20-25 cm). Éviter de créer un fort courant d'eau dans le bac, une légère filtration suffit.
Reproduction : Facile, il suffit de placer dans un bac une coupole contenant de la tourbe. Elle sera bientôt occupée par le plus fort des mâles, rejoint par une femelle. Le mâle enserre la femelle entre ses nageoires dorsale et anale en une sorte de demi-cercle et la force à toucher la tourbe (c'est un pondeur au sol ) les œufs, sont « lancés » un par un dans le sol ( pendant la phase d'excitation du couple, donc de l'étreinte permettent à l'œuf, qui mesure moins de 1 mm, d'être recouvert de tourbe et se trouve ainsi à l'abri de la lumière ), les œufs présentent des rugosités qui leur permettent de s’accrocher à un support. Le couple pondra pratiquement tous les matins. Les œufs mûrissent progressivement dans le ventre de la femelle. Si les conditions alimentaires et du milieu sont bonnes, une femelle produit 15 à 25 œufs par jour. Il faut retirer toutes les 2 semaines la coupole avec la tourbe et les œufs, filtré le contenu à travers une fine épuisette. Ensuite, introduire la tourbe avec les œufs dans un sachet en nylon, noter la date, ainsi que celle prévue pour l'éclosion. La température à laquelle les œufs sont placés en incubation joue un rôle important pour leur développement. Dans la nature, cette température (l’air) est en moyenne de 30 à 40°C. Si cette température est maintenue, le développement dure 6 à 7 semaines et les pertes seront minimes. À la température habituelle d'une pièce d'habitation, c'est-à-dire 20-23°C, le développement durera 4 à 6 semaines de plus et à ces basses températures, on enregistre jusqu'à 50% de pertes dues à la mort des embryons, suivie de la décomposition des œufs. La couleur brune des œufs indique si l'on peut provoquer l'éclosion des embryons. Cette "couleur brune" est cependant difficile à définir, pour un néophyte, dans cette condition il ne reste plus d'autre choix que de se baser sur la température moyenne de l'incubation des œufs dans un substrat humide, ainsi que sur la durée de l'incubation, en tenant compte de la date notée sur le sachet lors du prélèvement des œufs. Pour déclencher les éclosions, on verse de l'eau sur le substrat. Abritant les œufs en incubation. Prendre de l'eau de conduite après l'avoir fait reposer. L'eau d'une température relativement basse: 16-18°C, d'un pH de 6,5 à 7 et d'une dureté de 8 à 15°dGH. Si on emploie une eau plus chaude, de 23 à 27°C, plus de 50 % des alevins sont incapables de nager, on obtient alors des "*glisseurs sur le ventre", ce chiffre étant nettement inférieur si on procède avec une eau plus fraîche. Les éclosions se produisent 10 à 60 minutes après avoir inondé les œufs, très peu de naissances ont lieu au-delà de ce délai. Les jeunes, fraîchement éclos, mesurent environ 4 millimètres. Ils mangent immédiatement des nauplies d'Artémias. Au bout d'une semaine, ils mesurent déjà 10 millimètres et à l'âge d'un mois, leur coloration permet de distinguer les mâles des femelles. C'est également à cet âge que les jeunes manifestent leurs premiers instincts de reproducteur. Au cours de l'élevage des jeunes, il est recommandé de changer une fois par semaine jusqu'à 30 à 50 % du volume en la remplaçant par une eau reposée de la même qualité et température. Cela contribue largement, en combinaison avec une alimentation de haute qualité, à un bon développement et une bonne croissance des jeunes. Au bout de 8 à 10 semaines, les jeunes ne grandissent plus.
Nourriture : Mange des proies vivantes de taille adéquate, par exemple, Tubifex, Cyclops, Daphnies. On peut également distribuer des vers de terre fragmentés, des petits morceaux de viande maigre crue ou même cuite, du filet de poisson en fines lanières.
Remarques : *Les"glisseurs" ne sont pas en mesure de remplir leur vessie, ils restent couchés sur le sol et vivent une dizaine de jours. Dans une eau trop douce, le poisson souffre de tuberculose, d'hydropisie et il est souvent attaqué par des parasites externes, tels que le Piscinoodinium.
Particularités : Les mâles au repos prennent très souvent une forme arquée (corps). Ce comportement est absolument inconnu chez la majorité des espèces du genre Nothobranchius, mais est une position de repos absolument normale chez la plupart des espèces du genre Aphyosemion. Le caractère de la ponte est également très ressemblant à celui du genre Aphyosemion. Il est rapporté qu’en  fonction de l’origine de la population l'espèce présente en plus des bandes verticales plus sombres en forme de chevrons sur la partie arrière du corps, allant jusqu’à hauteur de la nageoire caudale.
Taille : Mâle 5, femelle 4 à 4,5 cm.
Eau : pH: 6,5 à 7. Dureté : de 4 à 15°dGH, optimal à partir de 8°dGH.
Température : 24 à 30°C, optimal 26-27°C.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Nothobranchius eggersi (rouge)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fourchette rouge
» aquarium 30 litres : Poisson rouge !
» anthurium rouge
» comment ne pas (trop) martyrisé un poisson rouge ?
» Cicatrice rouge et enflée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: cyprinodontidés ovipares-
Sauter vers: