Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Betta unimaculata (le grand combattant)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Betta unimaculata (le grand combattant)   Lun 3 Fév - 4:52


Photo /http://estalens.fr
 
Synonymes : Betta ocellat, Parophiocephalus unimaculatus.
Historique: La première description de l'espèce date de 1906, par Popta. La première importation débute en 1980, par le photographe Allemand,  Horst linke.
Originaire : Dans la partie du Sud-Est de l’Asie ; Bornéo, le Kalimantan oriental, les bassins des fleuves Mahakam,  long de 980 km (Howong) ainsi que le cours supérieur du fleuve Kayan (Kajan). Il séjourne le plus souvent dans les petits cours d'eau, aux courants rapides des montagnes. Ils vivent cachés parmi les  plantes aquatiques, les litières de feuilles et les racines des plantes des berges. Présent aussi dans les marais, les mares et les fossés. L’eau y est modérément Dure de 10 à 12°Dgh, avec un Ph avoisinent les 7,5.
Description : l’espèce est intégré dans le genre unimaculata qui en comprend huit, avec les caractéristiques suivants ; tête massive, avec  un corps longiligne qui peut être uni, tacheté, recouvert d'écailles iridescents,  la nageoire  caudale des mâles peut être en forme de pelle. Notre mâle adulte n’atteint pas les 15 cm, sa taille standard est de 12 cm,  il est en règle générale plus grand que la femelle. Sa coloration d’un bleu-vert est plus intense même quand il n’y a pas irisation des écailles. Les iridocytes (Cellule comportant des cristaux de la guanine, situées entre l'épiderme et le derme,  produisent un effet de brillance), sont présents sur les  opercules, les flancs entiers, ou les deux,  certaines souches  sont  mat, couleur bleue sur le corps et la tête. La nageoire anale porte une large bande bleue intérieur, et une autre bande  noir sur l’extérieur.  Jamais de taches noires sur l’intérieur de la nageoire. Des rayures horizontales apparaissent chez les juvéniles et les femelles
Dimorphisme sexuel : Le mâle, possède une tête plus imposante, une coloration moins terne. Sur chaque flanc on peut distinguer une seule écaille brillante et détachée. Celle-ci est présente sur  la partie supérieure de la tête.
Comportement : Robuste, le mâle est agressif même en dehors de la période de reproduction. Les combats sont heureusement  le plus souvent d’intimidations, à la condition que les protagonistes ne sont pas de forces  égales. Il est souhaitable,  pour plus de tranquillité de maintenir 1 mâle pour 2 à 3 femelles. 
Milieu : Malgré sa taille, il peut évoluer dans  un volume restreint de 70 litres (4 sujets), sans que cela les perturbes. Dans des volumes plus importants le nombre de sujets peut être augmenté sans problème. L'eau doit être parfaitement limpide, gros mangeur le bac est équipé d'un filtre puissant et performant, le rejet se fait en surface  pour provoquer un fort courant. Un éclairage modéré, est obtenu par un apport de plantes flottantes. Prévoir  un sol de couleur sombre, avec une plantation imposante sur le pourtour. De nombreuses cachettes sont créées,  pour rassurer les occupants. La décoration est réalisée avec des  racines,  mais aussi du  bambou, qui sert de lieu de refuge aux mâles qui incubent leurs œufs. Très tolérant il faut quand même lui prévoir un biotope se rapprochant le plus possible de son habitat naturel. Une eau avec une température se situant dans une fourchette de 21 à 25°C, pH 6,5 à 7,5 et une Dureté de 10 à 20°dGH grand maximum. Des changements d’eau réguliers sont bénéfiques pour une bonne maintenance, ils ne sont pas particulièrement sensibles aux maladies.
Reproduction : Incubateur buccal. L'espèce se reproduit facilement, la maturité sexuelle est atteinte, à une taille de 5 cm pour le mâle et 3,5 cm pour la femelle. La température de l'eau est montée à 24-25°C, des pontes à 22°C ne sont pas rares. Un Ph  avoisinant la neutralité,  une Dureté qui reste dans le raisonnable environ 12°Dhg. Cela suffit à déclencher la parade nuptiale, le couple va se tourner autour pendant un plusieurs heures, le mâle ira à la rencontre de la femelle les opercules déployées, celle-ci fera mine de fuir. La seconde réaction consistera à faire face au mâle en écartant, tout comme lui, ses opercules, afin de paraître plus imposante, puis la troisième phase qui consiste à incliner la tête vers le bas tout en restant sur place. Cela signifie pour le mâle qu'elle accepte de s’accoupler. Généralement le couple se retrouve dans un coin tranquille du bac, sous une racine ou une dépression du sol causé par le décor. L'accouplement est un véritable spectacle à lui tout seul. Le corps du mâle se contorsionne rapidement comme le ferait un serpent, en « S ». La femelle avance, la tête inclinée vers le bas tout en présentant ses flancs. Le mâle s'enroule autour de la femelle. Elle se laisse faire et prend position dans le creux formé par le corps de son partenaire, qui rapidement resserre son étreinte jusqu'à la coincer au niveau des flancs. Puis il la renverse. Après quelques secondes 2 à 3, les deux corps sont pris de tremblements, quelques œufs par paquets de 6 à 8 en moyenne s’écoulent le long de la nageoire anale de la femelle, puis ils se laissent tomber au fond, comme paralysés. Dès que le mâle aperçoit les œufs translucides, d'un diamètre de 1,5 mm il se précipite pour les  ramasser un à un avec sa nageoire anale, les passe à la femelle, qui les renvoie dans la cavité buccale du mâle au fur et à mesure. Le même scénario va se répéter plusieurs fois, jusqu’à ce que le mâle n’ait plus de place dans sa bouche ou que la femelle ne produise plus d’œufs (environ 50 à 80  œufs pour 30 à 40 alevins). Par la suite la femelle protègera le mâle pour que rien ne vienne le troubler pendant une semaine ou maximum deux semaines, il ira se mettre sous un abri jusqu'à l'éclosion des œufs. À la naissance, à la sortie de la bouche l'alevin à une taille d'environ 6 mm, au bout de 4 mois il peut atteindre les 10 cm.  Pour l'alimentation il faudra porter une attention toute particulière à celle des jeunes. Les nourritures de démarrage habituelles conviennent très bien: infusoires, micro-vers, nauplies d'artémias, jaune d’œuf dur. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il ne faut pas que les alevins nagent dans l'alimentation, car cet excès de nourriture peut entraîner une pollution rapide de l'eau. Il existe un autre problème, spécifique au betta, que les passionnés appellent le « barbotage ». On qualifie aussi les poissons atteints par ce phénomène de « barboteurs ». Fréquent chez les alevins nourris excessivement de nauplies d'artémias, ce problème se caractérise par le fait que les jeunes ne sont plus capables de nager normalement. Les jeunes betta sont très friands de nauplies d'artémias, et si la quantité distribuée est trop importante ils se gavent, ce qui semble, à la longue, provoquer une malformation de la vessie natatoire. D'où l'intérêt de distribuer plusieurs types de nourritures. Il n'est pas nécessaire de distribuer des nauplies d'artémias plus d'une fois par jour.
Comme pour tous les Anabantoïdes, la période la plus critique se situe entre la troisième et la cinquième semaine, lors de la formation du labyrinthe. Pour éviter toute mortalité excessive, il suffit de mettre un couvercle étanche sur l'aquarium, afin que l'air frais de la pièce ne soit pas en contact direct avec la surface de l'eau. Les alevins pourront ainsi venir respirer de l'air chaud et humide. La croissance des combattants est rapide.
Nourriture : Le régime alimentaire doit être très varié. Proies vivantes, congelées, lyophilisées; larves de moustiques, tubifex, artémia, cyclops, verres de terre. L'aliment en flocon est à donner occasionnellement.
Particularité : L’espèce est un excellent sauteur, dans la nature il est capable d’effectuer des sauts  de trous d’eaux en trous d’eaux, pour remonter des petits torrents  ou pour prendre la fuite. Une vitre est donc nécessaire au-dessus du bac.
Taille : Mâle, femelle  12 cm.
Eau : pH: 6,5 à  7,5. Dureté : 10 à 20°dGH.
Température : 21 à 25°C  conseillé 22 à 23°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Betta unimaculata (le grand combattant)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BETTA UNIMACULATA
» Betta unimaculata
» Betta unimaculata Tawau
» betta unimaculata tawau
» Betta ocellata (ex-unimaculata) Tawau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: labyrinthidés-
Sauter vers: