Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Neolamprologus mustax (le cichlidé à barbe blanche)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Neolamprologus mustax (le cichlidé à barbe blanche)   Lun 17 Mar - 6:56



Synonyme : Lamprologus  mustax.
Historique : L’espèce a  été décrite par Max Poll en 1978. La première importation fut réalisée en 1975.
Habitat : Vie près des rochers, édifices rocheux, éboulis. Dans une zone située à partir de 3 mètres de profondeur et jusqu'à 45 mètres, avec des plages de sable fin.
Originaire : Afrique ; Endémique au lac Tanganyika, avec une forte présence sur la rive sud du lac, et en particulier dans la baie de Cameron, dans le secteur Zambien du lac.
Description : L’espèce présente un corps plus haut, la forme de sa tête est plus abrupt  que d’autres Neolamprologus.  Sa  nageoire dorsale est bien développée. Plusieurs différentes populations sont connues, la plupart d’entre eux ont des nageoires jaunes avec un corps gris-beige, d’autres sont complètement  jaune ou jaune-orange. Mais tous ont la partie inférieur de la tête blanche, en effet « Mutax » signifie barbe blanche.  Le mâle est plus grand que la femelle il avoisine les 10 cm, tandis que la femelle n’atteint que  7 cm.
Dimorphisme sexuel : Le mâle adulte porte une légère gibbosité frontale. La femelle est plus petite et présente un abdomen plus rebondi.
Comportement : Territorial, en règle générale il ne tolère pas la présence d’un autre mâle, sauf si le volume est important (supérieur à 700 litres) et une présence importante de  femelles. Dans cette condition il est relativement paisible. En couple ils séjourneront dans les anfractuosités rocheuses et les fissures. Ne bouleverse pas le décor, ne creuse pas le sol.
Milieu : Un aquarium inférieur à 400 litres n'est pas conseillé pour le maintenir dans des conditions optimales, l'espèce doit se sentir à l'aise. La hauteur du bac a aussi son importance puisque ce poisson peut  vivre dans des zones profondes. Un vaste espace de nage doit donc lui être offert. Des plantes peuvent faire leurs apparitions, mais en bac spécifique elles ne sont pas nécessaires, un milieu entièrement minéral correspond au plus près de la réalité. Prévoir un sol composé de sable fin avec des gros galets, des pierres disposées pour former des amas rocheux, des grottes et failles, ce qui permet de délimiter plusieurs territoires et aux femelles de trouver des  refuges en cas d'agressions. L'idéal est un bac de plus de 2 m de long pour 70 cm de large et autant de profondeur. La qualité de l'eau doit être irréprochable sous peine de voir apparaître rapidement des maladies capables de décimer la population. L'eau du Tanganyika est fortement basique, un pH proche de 8,5 sera recherché. La Dureté prévoir une fourchette haute 12 à 16°dGH, avec une conductivité de 600µS/cm. La filtration avec rejet en surface sera très efficace pour obtenir une oxygénation maximale. Il faut que le volume du bac soit filtré au moins  trois fois  par heure. La température maintenue entre 24 et 27°C. En bac spécifique l'aquarium est moyennement éclairé. Un changement d'eau de 25% minimum semaine, avec un nettoyage des masses filtrantes tous les mois, permet de maintenir cette espèce dans des conditions acceptables.
Reproduction : Il faut savoir que la notion de couple chez « mustax » est inexistante, c'est pour cela que l'on introduit uniquement un mâle et plusieurs femelles (2-3). Que le couple se connaisse ou pas avant de frayer est sans  importance. Le principal est que la femelle soit prête à pondre, le mâle étant assez violent lors de la parade. Dans un grand volume, la femelle pourra se soustraire facilement aux ardeurs du mâle, mais dans un bac de moins de 400 litres, il faudra aménager de très  nombreuses cachettes supplémentaires ; grottes, pots de fleurs retournés, noix de coco percée, tuyaux en PVC alimentaire, etc... Lorsque la femelle est prête à pondre, elle commence à creuser dans le sable à la base d'une roche ou à nettoyer une petite excavation dans la roche. La femelle s'approche ensuite du mâle et lui présente les flancs en tremblant légèrement. Le mâle, intéressé, va se mettre à aider la femelle dans ses travaux de terrassement. Puis, régulièrement, il s'élance vers la femelle et se déplace par petits bonds de quelques centimètres en variant plusieurs fois l'orientation de son corps. Cette pratique consiste à encercler la femelle, il se place toujours devant elle et lui indique  la direction du nid. Lorsque la femelle est enfin consentante, le couple disparaît pour pondre. Les œufs sont blanchâtres et avec un nombre qui dépasse rarement les 80, ceux-ci  sont collés en règle général  sous le plafond d’une voute, quelques fois sur  les côtés. La femelle et le mâle s'occupe du frai, les deux parents ne quitte plus le nid. Ils  ventilent en permanence  leurs  œufs, et retirent les non fécondés. Au bout de 3 jours, les œufs commencent à éclore, le mâle est alors chasser par la femelle. Celle-ci prend en charge seule les jeunes, quand  les larves commencent à s'animer elle les reprend vite en bouche pour les recracher au fond du nid. Mais au bout d'une petite semaine, les alevins prennent le large à leurs risques et périls. Il faut savoir que lorsque les alevins, sortent du nid, la femelle s'en désintéresse totalement. Très peu d'alevins survivent aux cannibalismes des occupants du bac. Il faut donc observé le comportement de la femelle avec une grande attention et si possible récupérer les alevins pour les transférer dans un autre bac. Un apport de nourriture adapté à leurs bouches devra être distribué comme des  infusoires, puis des nauplies d’Artémia fraîchement écloses 2 à 3 fois par jour et des Cyclops.
Nourriture : Nauplies et artémias adultes, cyclops et daphnies présentent l'idéal de son menu, mais il ne rechigne pas sur les crevettes, vers de vases.
Remarques : Le Neolamprologus mustax est très proche de N. leleupi, tant au niveau du comportement que du patron de coloration. C'est le Neolamprologus leleupi qui, comme son cousin le mustax, présente en certaines localités des patrons chromatiques différents. S’il n’est pas correctement alimenté en Cyclope, Mysis ou aliments riche en carotène il perd sa coloration. Idem si l’aquarium ne lui convient pas.
Particularité : Les alevins sont très sensibles sur la qualité bactériologique de leurs environnements.
Taille : Mâle 10, femelle 7 cm.
Eau : pH: 7,5 à 8,5. Dureté : de 12 à 16°dGH.
Température : 24 à 26°C,  reproduction optimal à partir de 25°C jusqu'à 28°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Neolamprologus mustax (le cichlidé à barbe blanche)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cichlidé tanganiyka et cohabitation
» Quels cichlidés pour un petit bac (80l) ?
» Mon 60 L Cichlidés du Tanganyika N°2
» Préparation d'un Osaka pour cichlidés.
» Multi (Neolamprologus multifasciatus)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: cichlidés ( Américains, Africains, Asiatiques ) :: Africains-
Sauter vers: