Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Hyphessobrycon griemi (Tétra de Griem, Tétra tuile)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Hyphessobrycon griemi (Tétra de Griem, Tétra tuile)    Mar 8 Avr - 5:32




Synonyme : inconnu.
Historique : Décrit en 1957 par Hoedemann. (Attention, d'autres characidés de la même région, H.bifasciatus, H.flammeus. lui ressemble énormément, mais nous avons bien là d'autres espèces). Son exportation commence dès 1956.
Habitat : En milieu naturel comme ses cousins, il vit en bancs, dans les eaux calmes souvent stagnantes et boueuses des marécages ou à courant lent des ruisseaux. Le fond de ces cours d'eau est sombre et composé de sable, de matières végétales en décomposition et de quelques plantes. Il se tient principalement le long des berges, sous des tapis de plantes flottantes, dans des herbiers ou parmi des racines et des branchages. Il  se protège ainsi des eaux vives et ne s'éloigne du bord que pour s'alimenter. Essentiellement carnivore en milieu naturel, il se nourrit d'invertébrés, de larves et de petits insectes aquatiques et terrestres.
Originaire : Il provient de la région centrale de Goias. Vaste plateau, dans la région Centre-Ouest du Brésil.
Description : Pourvu d'un corps plat, en forme de losange allongé que l'on retrouve chez beaucoup d'autres tétras. Il peut atteindre une taille de 4 cm, mais reste généralement plus petit. Le pédoncule caudal est relativement fin. Sa robe se pare d’une couleur rouille ou fauve translucide. Le dos est olive-brunâtre et le ventre est argenté avec  des reflets jaunâtres. Quand il est surexcité son corps prend une  coloration vermillon. Il présente deux taches noires oblongues verticales, plus ou moins marquées et situées derrière l'opercule.
Dimorphisme sexuel : La distinction la plus sûr, entre les sexes est de repère la nageoire anale chez  Le mâle elle est rouge sang avec un liseré blanc. Elle est de couleur rose à rouge clair chez la femelle.
Comportement : Très calme,  paisible, grégaire, robuste. Il nage principalement entre deux eaux et près du fond. Il recherche les endroits ombragés de l'aquarium où il se regroupe pêle-mêle avec ses congénères. Lors de ces déplacements, il évolue en banc d'une manière ordonnée.
Milieu : En aquarium spécifique un 50 litres lui suffit, mais en bac communautaire il ne faut pas être en dessous des 120 litres. L'aménagement de l'aquarium est composé d'une plantation sur le pourtour du genre ; Myriophyllum, Echinodorus parviflorus, Echinodorus horizontalis, Cabomba, Ludwigia, Eichhornia diversifolia....  . La partie centrale est dépourvue de végétation, elle est laissée libre pour la nage libre, mais est  ombragé par des plantes flottantes ; Ceratopteris, Pistia. Un sol de couleur sombre garni de racines de tourbière très tourmentée, de quelques pierres non calcaires (ardoise, roche volcanique, basalte, porphyre....), sans arêtes vives. Un éclairage modéré est préférable, trop intense elle  ne fait pas ressortir les couleurs du tétra. Les eaux amazoniennes sont souvent très douces, donc peu minéralisées, il faudra veiller aux qualités physico-chimiques de l'eau pour que l'on ne dépasse pas les extrêmes à savoir un pH entre 5,8 et 7,0. La Dureté 2 à 7°Dgh. Peut supporter en milieu acide une température de 22°C minimum (attention sur une courte période), idéal  24 – 26°C et maximum 28°C sur une très courte période. Une bonne filtration  pour éliminer les déchets organique, avec un rejet en surface pour assurer une aération correcte. Un volume de brassage de deux fois la capacité du bac par heure est suffisant. Les changements d'eau hebdomadaire sont  conseillés de l'ordre de 20 à  25%.
Reproduction : Facile, à condition d'observer quelques règles.
 1) L'alimentation des géniteurs, avec des petites proies vivantes dès leur plus jeune âge est primordiale.
 2) Les partenaires doivent être assez jeunes, entre 10 et 16 mois. On observe les premiers prémices amoureux, quand on remarque un comportement inhabituel, une certaine agitation  se manifeste au sein du groupe, les couleurs s'intensifient. Les mâles déploies leurs nageoires et développes une relative agressivité en se pourchassant. Les femelles, quand t'as elles présentent  un ventre rebondi. Au bout d'une 'interminable courses-poursuites et d'intimidations les couples se choisisses. Mâles et femelles s'attirent en formant des arabesques toutes plus gracieuses les uns après les autres. Après avoir fait une sélection sur un groupe (environ 10 sujets les plus beaux), les mâles sont introduits  un jour avant les femelles dans un bac de 40 litres au préalablement préparé, les paramètres seront ; Dureté entre 4 et 7°dGH, le pH reste acide, autour de 5,8-6,5. La température est fixée à 25°C, avec une eau vieillie. Les poissons sont laissés ainsi une dizaine de jours, pratiquement dans une semi-obscurité. Le fond de la cuve est nu, sans aucun substrat, afin de pouvoir facilement siphonner les déchets organiques qui s'y accumulent. Les Hyphessobrycon  n'apprécient pas les dérivés azotés, et encore moins leurs œufs! Une épaisse couche de mousse de Java  recouvre le fond de l'aquarium sur une dizaine de centimètres. Elle permet non seulement de soustraire le frai à la voracité des parents, mais aussi de le protéger de l'intensité lumineuse extérieure. Une petite poignée de tourbe fibreuse, par son action désinfectante, prévient l'éventuel développement de moisissures qui pourraient envahir les œufs. Les vitres de l'aquarium sont recouvertes sur trois côtés, ne laissant qu'une petite face libre. Ceci, toujours à cause de cette particularité des poissons, dont les œufs comme les larves sont lucifuges (ils craignent la lumière). La filtration, très douce, est assurée par une pompe à air et un filtre à exhausteur. La masse filtrante est composée de pouzzolane. Durant cette période, la seule nourriture des adultes est constituée de nauplies d'Artémias salina. La parade nuptiale est débordante, les préliminaires commencent au lever du soleil, les mâles nagent autour des  femelles, en décrivant des courbes légères. Ils déploient toutes leurs nageoires et les frôlent avec empressement,  nageant ensemble sans se quitter, avec une  régularité parfaite. Parfois ils pénètrent dans les plantes, tantôt d'un calme trompeur les mâles harcèlent leurs partenaires, de la tête, au niveau de la ligne latérale. Elles  répliquent par des ondulations, quand un couple est prêt il se dirige vers le lieu de ponte qu’ils ont choisi. Le mâle s’enroule autour de la femelle (U), en une fraction de seconde dans un dernier soubresaut, œufs et sperme sont expulsés, transparents et minuscules ils trouvent protection dans la mousse de Java,  le couple se sépare en éventail. À chaque étreinte, une dizaine de petits œufs tombent au sol ou parmi les plantes fines. Une femelle peut pondre, tous les 10 à 15 jours, de 100 à 250 œufs rarement plus,  qui éclosent après 3 jours à 25°C. Au bout d'une dizaine de jours, les géniteurs sont retirés et soit réintroduits dans le bac d'ensemble, soit dans un second aquarium similaire, pour poursuivre la reproduction. Il est très difficile de faire la différence entre un œuf et une larve il faut être très observateur, un œuf qui remonte vers la surface en tournoyant est une larve. La nage libre arrive vers le cinquième jour. Chaque jour, les alevins sont nourris de fin plancton, complété avec une très petite dose d'artémias, jaune d’œuf séché, en veillant à ne pas polluer le milieu. Puis un jour on distingue les premiers alevins pratiquement transparents, avec un ventre bien rempli, on peut espérer sauver ainsi une moyenne de 20 alevins par couple et par mois. Pour les jeunes alevins aucun problème de nourrissage ils sont très vite apte à ingérer les nauplies d'artémias, deux jours seulement  après la résorption de la vésicule vitelline. Par la suite ils grandissent très vite au 6è jour ils atteignent déjà les 3 mm, puis les 10 mm au bout d'une vingtaine de jours. Farouches, ils resteront cachés parmi la végétation pendant 3 semaines, puis prenant de la hardiesse ils iront visiter leur environnement. Tout au long du développement des jeunes, l'hygiène doit s'avérer irréprochable. Les changements d'eau de 20%, sont à effectuer régulièrement avec précautions, dans les premiers temps, car les alevins fragiles sont sensibles aux variations du milieu.
Nourriture : Petites proies vivantes ou congelées. Insatiable, il dévore ; artémias adultes ou en nauplies, mysis, krill, daphnies, cyclops, et vers de vase.  En aucun cas, il ne saurait se contenter d'un régime constitué uniquement de flocons ou d'aliments lyophilisés.
Remarques : À maintenir en groupe d'une dizaine d'individus voire plus. En trop petit nombre, il reste timide et craintif, au point de rester caché toute la journée. Une chaleur inférieure à 24°C, se traduit par un affaiblissement de ses couleurs et une sensibilité aux points blancs.
Particularité : En milieu hostile, si cette espèce est effrayée ou pourchassée par d'autres habitants, elle sera plus sensible aux maladies.
Taille : Mâle, femelle 4 cm.
Eau : pH: 5,8 à 7,0. Dureté : de 2 à 7°dGH. Reproduction : pH: 5,8-6,5. Dureté : de 4 à 7°dGH
Température : 24 à 26°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Hyphessobrycon griemi (Tétra de Griem, Tétra tuile)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tetra fantôme noir (Hyphessobrycon megalopterus)
» Hyphessobrycon anisitsi (Eigenmann, 1907)
» Tetra de Buenos Aires (Hyphessobrycon anisitsi)
» hyphessobrycon amandae
» Les besoins en nutriment du Hyphessobrycon amandae ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: characidés ( Africains, Américains ) :: characidés Américains-
Sauter vers: