Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Nannostomus mortenthaleri (poisson crayon de Mortenthaler)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Nannostomus mortenthaleri (poisson crayon de Mortenthaler)   Dim 26 Oct - 6:07


Photo /http://estalens.fr
 
Synonyme : Nannostomus marginatus mortenthaleri.
Historique : L'espèce a été décrite, en 1901  par Paepke et Arendt. La première importation date de 1999 par Dietzenbach.
Habitat : Le Rio Nanay. Celui-ci est un cours d'eau typique des « eaux noires », qui se fraie un chemin sous les épaisses forêts humides des plaines péruviennes. L'eau, qui ressemble à du thé, a une température qui peut approcher les 29°C, elle est nettement acide avec un pH 5,2 à 6,0 et très douce un dGH inférieur à 1°. Le lit de la rivière est constitué de sable, le plus souvent recouvert de vase et de débris organiques. La couleur foncée de l'eau est le résultat de substances humiques provenant des colossales quantités de feuilles et de branchages tombées de la forêt qui le recouvre. L’espèce se tient à proximité des berges, près des végétaux et des bois en décomposition. Dans les eaux à courant lent des ruisseaux et des rivières ainsi que les eaux stagnantes des bras morts
Originaire : Amérique du Sud ; bassin du Rio Nanay,  l’holotype a été prélevé au abord du village de Albarenga, par Martin Mortenthaler, dans le département de Loreto, au nord du Pérou.
Description : D'un aspect très rectiligne, sa  livrée est captivante. Le mâle adulte se distingue par une large zone rouge entre la bande horizontale primaire et secondaire, s'étendant de la pointe du museau à la base de la nageoire caudale, dont la moitié supérieure de l'iris. L’ensemble des trois bandes horizontales sont toutes sombres, fortement marqué et distinctif. La bande horizontale primaire du mâle adulte s'étend sur le ventre jusqu'à la moitié postérieure de la base de la nageoire anale. Il n'y a aucune marge noire le long du bord antérieur de la nageoire anale comme chez Nannostomus  marginatus marginatus et Nannostomus picturatus marginatus. En revanche,  Nannostomus mortenthaleri  a le dernier rayon de la nageoire anale et  le bord postérieur de celle-ci qui est noir. La partie antérieure de la nageoire dorsale du mâle est blanche près de la base et rouge à l'extrémité. Tous les rayons de la nageoire dorsale sont partiellement noirs créant des stries sombres sur la nageoire. Les derniers rayons de la nageoire pelvienne et la nageoire anale sont aussi en noir créant des bords sombres sur les parties respectives des ailettes. Il est muni d’une toute petite bouche de forme terminale, ce qui indique son régime alimentaire qui est constitué de petits insectes de surfaces mais aussi de petits crustacés qu’il déloge des algues.
Dimorphisme sexuel : Le mâle est plus coloré, avec une coloration d’un rouge profond et d’une taille supérieure à la femelle.
Comportement : Relativement fragile, agressif et timide à la fois, demande une eau de qualité. Il  aime se maintenir à proximité de caches lui permettant de se protéger. A l’affut il se positionne à l’horizontale ou à l’oblique. Rapide nageur, il se propulse par mouvements saccadés, on peut le voir nager furtivement et très agilement d'une feuille à l'autre, sans être longtemps à découvert. A noter que les mâles sont très agressifs, le dominant ne supporte pas la présence d’un éventuel rival sur son territoire (prévoir un minimum de 100 litres pour 1 mâle). Les combats, entre les mâles peuvent aller jusqu’à  la mort pour le plus faible. Leurs couleurs deviennent alors très vives, les teintes sont intensifiées. Toutes nageoires déployées à l'extrême, les mâles tournent l'un autour de l'autre en pratiquent une sorte de glissade. Lorsque les mâles stationnent l'un à côté de l'autre, ils courbent l'arrière du corps, de sorte à former à peu près un Y. Ensuite chacun exerce une pression dans le but d'éloigner le rival. De mouvement en mouvement, cela peut devenir très violent, jusqu'au frottement, comme pour donner un coup. Grégaire, ils ont besoin pour s'épanouir de vivre en groupe d'au moins 6 à 8 individus et de préférence en bac spécifique. Indolent la journée, il s'active en soirée en quête de nourriture (chasse à l'affût des proies minuscules).
Milieu : L’idéal est un sol de couleur sombre, avec un peu de fibres de tourbes. La plantation est dense en périphérique, car il a  besoin d'espace pour la nage libre (Echinodorus, Egeria densa, Sagittaria, Vallisneria gigantea, Potamogeton gayii, etc.,), sans oublier un apport de plantes flottantes pourvus de nombreuses racines fines et poilues qui plongent dans l'eau. Le décor est composé de racines de tourbière, troncs et de pierres. Les paramètres physico-chimiques de l'eau doivent varier le moins possible (supporte mal les fluctuations) ; Eau douce  de 1° à 5°Dgh maximal, un KH inférieur à 3 est souhaitable (idéal 2), et acide pH de 5,5 à 6,5. Température de l'eau 24-26°C. La filtration sur tourbe est fortement conseillée, pour obtenir et maintenir les paramètres. Un débit de l'ordre de une à deux fois le volume du bac par heure suffit  pour maintenir une eau limpide. L'espèce ne se sent pas à l'aise avec un courant trop fort crée par le rejet du filtre. De fréquents changements d'eau légèrement vieilli, sont assurés chaque semaine, d'une valeur de 15 à 20% du volume du bac. L'éclairage doit être relativement élevé, mais comporter des zones d'ombres importantes.
Reproduction : Délicate, peu prolifique. Comme toujours dans un premier temps une nourriture abondante  est distribuée pendant un mois avant la ponte (nauplies d'artémias, daphnies), passage de la température du bac à 27-28°C pour le déclenchement du frai.  Puis on observe le comportement des occupants. Durant la parade nuptiale, ces poissons sont beaucoup plus vifs qu'en temps normal, des bagarres éclatent entre les mâles. Un ou plusieurs couples vont alors se former, Il est temps alors d’isoler le ou les couples. Quand une ponte est imminente la couleur rouge du mâle est accentué celle vire au rouge violacé.  Quelques jours auparavant,  un aquarium de ponte (1 aquarium par couple), d'un volume de  trente à quarante  litres sera mis en fonction. Comme les futurs parents dévorent les œufs, quelques précautions seront à prendre. Un grillage au maillage fin (4 mm), laissant les œufs minuscules passer au travers, au-dessus une couche de mousse de Java ou une autre plante aux feuillages très fin de 8 à 10 cm d'épaisseur ou un écheveau de laine de couleur verte synthétique. Un petit filtre intérieur avec exhausteur et éclairage très tamisé, la partie inférieure du bac doit rester dans l’obscurité(les œufs sont sensibles à la lumière). Les paramètres de l'eau (légèrement vieilli) Ph 5,5 ;  très douce, ne pas dépasser 0°KH, conductivité presque nul ou ne pas dépasser les 30 µS/cm. C'est maintenant le moment de placer  le couple que vous avez sélectionné. Après quelques heures de non activité due au changement de lieu le couple reprend ses ébats qui sont houleux. Le mâle tourne autour de la femelle et cherche sans cesse à se placer à côté d'elle pour lui presser ses flancs. Quand madame est enfin réceptive ils se dirigent alors tous deux sur le site de ponte (plantation, écheveau de laine). Le mâle se place au-dessus de la femelle et plaque celle-ci sur le site de ponte, puis l'enlace. À chaque étreinte, de 1 à 3 œufs semi-adhésifs (pondeur en eau libre) sont déposés ou passent à travers le fin grillage. La ponte dure plusieurs heures en moyenne 8 heures, mais ne dépasse pas les 25 œufs d'un diamètre inférieur à 2 mm d'une coloration clairs et transparents. Il faut retirer les reproducteurs lorsque la ponte est terminée. L'éclosion survient après 24 à 36 heures à  une température moyenne de 27°C. Les jeunes sont petits, ils pendent aux  plantes, vitres du bac, etc... . Cinq à six jours plus tard, ils ont achevé leur réserve vitelline, et nagent librement en essaim à la recherche des aliments vivants. Les alevins sont plus grands que d’autres espèces on peut donc leurs distribués des artémia fraichement éclos  des micro-vers, spiruline et cyclops pour une durée de deux mois. Après ce délai respecté ils peuvent passer aux larves de moustiques. Un petit ventre bien gonflé est un bon signe d'alimentation. Ils grossissent très vites dans un premier temps (avant la distribution arrêté la filtration). Au bout de trois semaines les paramètres de l’eau peuvent commencer à être modifier avec une grande précaution. La maturité sexuelle est atteinte à l'âge de 8 à 10 mois. L’hygiène du bac doit être irréprochable toute nourriture non consommée est siphonnée. Un changement d’eau, de 2 fois 10 % par jour est favorable.
Nourriture : Il se nourrit que de proies adaptées à la taille de sa petite bouche ;  aliments vivants, les daphnies, cyclops, artémias, larves de moustiques. Accepte les flocons, de la chair mixer de poisson, crevette, moule. Aliments à base de plantes, algues, au moins une fois par semaine.
Remarques : Très sensible aux agents pathogènes une quarantaine est nécessaire avant d’introduire  un nouvel arrivant. Dès que vous apercevez, que vos Nannostomus ont leurs livrées nocturnes, vous pouvez les capturer  très facilement à l'aide d'une petite épuisette, chose impossible en plein jour sans causer de nombreux dégâts aux plantes. Il suffit de procéder lentement en amenant l'épuisette par en-dessous. Le jour, il faut réussir dès les premiers essais, car le poisson comprend vite et se cache dans le coin le plus inaccessible du bac.
Particularités : Lors d'une parade nuptiale ou d'une bagarre entre mâles, il est étonnent de voir avec surprise la rapidité de leur changement de couleurs. La coloration de nuit dont se parent ces espèces est un autre détail intéressant à observer. Dès que l'éclairage du bac est éteint, ils choisissent un endroit pour y passer la nuit, de préférence sous une grande feuille. Ils se serrent alors contre la face inférieure et leurs couleurs pâlissent.
Taille : Mâle 5, femelle 4 cm.
Eau : pH: 5,2 à 6,5. Dureté : de 1 à 4°dGH. Reproduction ; Ph inférieur ou égal à 5.5. KH non mesurable, conductivité presque nul ou ne pas dépasser les 30 µS/cm.
Température : 24 à 28°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Nannostomus mortenthaleri (poisson crayon de Mortenthaler)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nannostomus Trifasciatus (poisson crayon nain à 3 bandes)
» Poisson crayon nain (Nannostomus marginatus)
» Nannostomus mortenthaleri
» Problème poisson crayon
» Fiche technique repro: Nannobrycon ou Nannostomus eques (poisson crayon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: characidés ( Africains, Américains ) :: characidés Américains-
Sauter vers: