Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Hyphessobrycon Bentosi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Hyphessobrycon Bentosi   Sam 24 Jan - 5:13


 Photo /http://estalens.fr
 
Synonymes : Hyphessobrycon ornatus, Hyphessobrycon callistus  bentosi .
Historique : L’espèce souche a été décrite en 1908, par Durbin. En 1933 débute une tentative d’exportation. Mais il faut attendre  1962 pour que celle-ci débute vraiment, par l’intermédiaire de Heiko Bleher,  aventurier et ichtyologiste allemand, né le 18 octobre 1944 à Francfort-sur-le-Main.
Habitat : L’espèce  évolue de préférence le long des berges en bancs. Dans les ruisseaux et les petits cours d’eau. A l'abri sous les plantes flottantes ou des amas de branches et de tronc d'arbres, ils se sentent en sécurités. Dans son habitat naturel, ils  se reproduisent pendant la période de la saison des pluies. Cette pluie en ruisselant sur les feuilles des arbres fait tomber les insectes et apporte une nourriture abondante et varié. L'eau des rivières alors déborde, inonde la forêt sur plusieurs centaines de km2 et la Dureté s'effondre. Toute la végétation basse se retrouve sous l'eau, sert de support et de refuge aux incalculables pontes.
Originaire : Amérique du Sud ; bassin inférieur de l’Amazone, Guyane.
Description : Il possède un corps élevée et comprimée latéralement. La coloration est changeante suivant le lieu de capture et il est difficile de la décrire,  celle-ci pouvant aller d’un rouge soutenu à presque transparent. En règle générale les flancs sont de rosé à rouge, la partie ventrale peut être plus claire ou cuivré, la partie dorsale est presque grisonnante.  Une petite nageoire adipeuse est présente entre la nageoire dorsale et la caudale.
Dimorphisme sexuel : Très facile à reconnaitre le mâle possède une longue nageoire dorsale noire en forme de faucille ainsi qu’une nageoire anale bien développée. La femelle est moins colorée, sa nageoire dorsale est arrondie et une  marge blanche est toujours présente. 
Comportement : Il est  parfait pour un bac communautaire régional uniquement avec des poissons calmes. Sociable et très pacifique, même  timide. Il a besoin de vivre en groupe d'une douzaine d'individus, autrement il vivra caché et sera plus fragile. En groupe il est continuellement en mouvement, les mâles se lancent  des petites chasses sans aucun danger. Par petite période, il concède des  moments de repos sous des grandes feuilles ou sous les plantes flottantes.
Milieu : Bon nageur, pour qu'il se sente à l'aise il ne faut pas prévoir petit, un 200 litres est le volume de base conseillé pour cette espèce. Comme il est  délicat, il faut mieux reconstituez son milieu naturel à savoir ; Des racines de tourbière très tourmentées disposées sur un gravier pas trop grossier (sol de couleur sombre), ici pas besoin de pierres. La plantation principale est abondante, elle est disposée sur le pourtour, du genre ; Echinodorus parviflorus, Echinodorus horizontalis, Echinodorus amazonicus, Heteranthera zosterifolia, Myriophyllum mattogrossense....  . La partie centrale est pourvue d’une végétation rase ; Echinodorus tenellus.  La surface, est ombragé par quelques plantes flottantes environ 25 à 35% de la surface maximum ; Pistia, Riccia fluitans, Limnobium laevigatum. Un éclairage modéré, même diffus lui est préférable.  Notre poisson  n'est pas trop exigent sur les paramètres physico-chimiques de l'eau en dehors de la période de reproduction. Il supporte des Dureté, jusqu'à 18°dGH, mais cette valeur ne lui est pas favorable sur du long terme. La valeur idéale est comprise entre 5 et 8°dGH, un pH acide de 5,5 à neutre  maximum 7,0 ; idéal pH 6,5. Une température 24-28°C. Une filtration sur tourbe, de 1 ½ à 2 fois  le volume par heure est correcte, avec un rejet juste au-dessus de la surface assure oxygénation et petit courant que les pensionnaires apprécieront. De fréquents changements d'eau, sont assurés chaque semaine d'une valeur de 25 à 30% du volume du bac.
Reproduction : Très délicat et complexe.
1) L’effet de nombres est un facteur de réussite. Un banc de 30 individus semble être un minimum pour la formation de couples.
2) Les futurs géniteurs doivent se choisir.
3) Les partenaires doivent être matures, attendre  12 mois et ne pas dépasser les  16-17 mois.
4) L'alimentation, uniquement des petites proies vivantes dès leurs plus jeunes âges, est primordial.
5) Le volume de l’aquarium supérieur à 60 litres.
6) les œufs sont sensibles à la lumière du jour.
Les premiers prémices amoureux, commencent lors de comportements inhabituels, une certaine agitation  se manifeste au sein du groupe, les couleurs s'intensifient. Les mâles déploies leurs nageoires et développes une relative agressivité en se pourchassant. Les femelles, quand t'as elles présentent  un ventre rebondi.
Quand cette phase est observée, il faut placer les géniteurs en bac de reproduction.  Bac  qui a été préalablement mis en eau depuis quelques jours,  avec  de l’eau qui provient du bac d’ensemble. Pondeur en eau libre la ponte se déroule par couple. Les substances hormonales libérées lors du frai peuvent inciter d'autres poissons à se reproduire également. Le bac de reproduction doit avoir une contenance de 60 litres et plus, une désinfection avant la mise en eau est obligatoire. Les valeurs physico-chimiques; pH entre 6,0 et 6,5, une température de 27°C, une Dureté très  faible 2-4°dGH,  le KH ne doit pas dépasser 2° et ne pas être en dessous de 1,5°. La présence de nitrates est néfaste prévoir un osmoseur ou de l'eau de pluie, mais attention à la pollution, trop risqué en milieu urbain. Le fond de l'aquarium est recouvert de billes sur une épaisseur de 3 à 4 cm, une petite poignée de tourbe fibreuse est placée dessus, avec de la mousse de Java. Cette méthode permet de réceptionner les œufs et ainsi de les soustraire à la voracité des parents, de plus l'action désinfectante de la tourbe, prévient l'éventuel développement de moisissures qui pourraient envahir les œufs. Les vitres de l'aquarium sont recouvertes sur trois côtés, ne laissant qu'une petite face libre. Ceci, toujours à cause de cette particularité des poissons, dont les œufs comme les larves sont lucifuges (ils craignent la lumière). Une très légère filtration sur mousse éponge assure une oxygénation suffisante du milieu. Au bout d'un d'interminable courses-poursuites et d'intimidations les couples se choisissent. Mâles et femelles s'attirent en formant des arabesques toutes plus gracieuses les uns après les autres. Après avoir fait une sélection sur un groupe (environ 12 sujets les plus beaux), les mâles sont introduits  un jour avant les femelles. Dès que les femelles sont introduites la ponte débute presque immédiatement. Les poissons sont laissés ainsi 12 heures maxima, pratiquement dans l'obscurité, frayant durant cette période très courte (le frai est très rapide et ne dure pas plus de 3 heures. La femelle pond au maximum  une centaine d’œufs translucides de moins de 1 mm  de diamètre. Au bout de ce laps de temps, les géniteurs sont retirés et réintroduits dans le bac d'ensemble. Quand les parents sont retirés il faut obscurcir entièrement le bac.  Les œufs d’une coloration brun-rouge et d’un diamètre de 0,8 mm sont semi-adhésifs. Minuscules ils trouvent protection dans les billes d'argile et la mousse de Java. A une température de 27-28°C, ils éclosent au bout d’une vingtaine heures environ. Il est très difficile de les observer. Ils sont tous posé sur le sol en ressemblant à de minuscules éclats de verre. A la naissance les larves ne mesurent que 2,3 mm (±). La vésicule vitelline (réserve de nourriture) des alevins se résorbe progressivement au bout de 3 jours. La nage libre intervient  vers le Vème jour. A partir de là, les alevins  sont nourris que d’infusoires. Si on contrôle à l'aide d'une lampe de poche, ils s'éparpillent dans tous les sens en rasant le sol et cherchent à se soustraire de ce  rayon lumineux en se cachant dans les coins sombres. Vers le sixième jour, on peut commencer à enlever les cartons, avec précaution sur 3-4 jours. Puis, ils commencent tout doucement à nager, en banc, et se nourrissent immédiatement de rotifères, plancton de mare à la surface. Après une semaine, ils sont capables d'absorber des nauplies d'artémias. Il faut effectuer des renouvellements partiels fréquents de l'eau. La croissance est normalement rapide avec une alimentation adaptée et  une hygiène parfaite. A l'âge de 4 à 5 semaines, les alevins prennent des couleurs. Le moment est venu de leur offrir un aquarium plus grand. S'il n'y a pas de trop grandes différences entre les qualités physico-chimiques et la température de l'eau de l'ancien et du nouveau bac, le transfert n'amène pas de perte. Il est préférable de transvaser avec précaution le contenu du petit bac dans le grand aquarium, que de capturer les jeunes à l'aide d'une épuisette.
Nourriture : Petites proies vivantes adaptées à sa bouche; Drosophiles, fourmis, petits cafards, petits vers, larves de moustiques, chironomes, daphnies. Accepte sans difficulté les aliments secs, congelés et lyophilisés.
Remarques : Pour reconnaitre un Hyphessobrycon bentosi de rosaceus il  faut porter son regard derrière les opercules, si une tache sombre est légèrement visible c’est H. bentosi  car H. rosaceus  ne possède pas cette marque. Se sont bien deux espèces différentes. Pour l’entretien prévoir impérativement un nettoyage des masses filtrantes tous les mois. Ici l'emploi d'un osmoseur est souvent utile pour atteindre les paramètres physico-chimiques.
Particularité : Les œufs sont particulièrement  sensibles aux mycoses lorsqu'ils sont exposés à la lumière. Les alevins sont fragiles les deux premiers mois sur la qualité de l’eau et les variations de températures.
Taille : Mâle, femelle 4 cm.
Eau : pH: 5,5 à 7,0. Idéal 6,5. Dureté : de 5 à 18°dGH. Idéal de 5 à 8°dGH.
Température : 24 à 28°C. Idéal 25-27°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Hyphessobrycon Bentosi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bentosi, Tetra rosé (Hyphessobrycon bentosi)
» Question Population et quantité de nourriture.
» Hyphessobrycon rosaceus ou bentosi ?
» Tetra fantôme noir (Hyphessobrycon megalopterus)
» Hyphessobrycon anisitsi (Eigenmann, 1907)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: characidés ( Africains, Américains ) :: characidés Africains-
Sauter vers: