Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
compteur

Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
Macro et micro-éléments
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum
compteur


Partagez | 
 

 B) La reproduction des plantes (Bouturage)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin
avatar

Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 58
Localisation : saint malo

MessageSujet: B) La reproduction des plantes (Bouturage)   Ven 25 Sep - 5:55

Il permet la reconstitution d'un organisme entier à partir d'un fragment vivant, qui, après repiquage dans le sol, développe des racines et des feuilles pour devenir un individu à part entière, totalement autonome. Cependant, dans la nature, ce phénomène ne se produit pas spontanément chez toutes les plantes. Il intervient, dans bien des cas, après que la plante ait été victime d'un accident. On parle alors de multiplication végétative potentielle. Elodea canadensis en est l'exemple type. Seuls des exemplaires de sexe mâle de cette plante aquatique, originaire d'Amérique du Nord, on été introduits en Europe aux alentours de 1835. Elle ne pouvait donc pas se reproduire par voie sexuée, mais elle est néanmoins parvenue à envahir les canaux et les rivières européens grâce au morcellement des tiges dû à l'activité humaine, notamment la navigation.
Le bouturage est donc une méthode nécessitant le plus souvent une intervention humaine. C'est d'ailleurs la technique la plus fréquemment utilisée en horticulture pour multiplier les plantes pérennes. Elle utilise la formidable faculté de régénération que possèdent les plantes et qui est possible grâce à l'existence de tissus appelés méristèmes. Ceux-ci sont formés de cellules indifférenciées qui permettent la reconstitution complète d'un plante à partir d'un simple fragment. Les cellules des méristèmes ne sont pas programmées pour créer un organe spécifique de la plante ; elles ont un caractère embryonnaire et non spécialisé. C'est durant leur multiplication qu'elles vont se spécialiser, pour que chacune d'entre elles constitue une partie de la plante. Les méristèmes apparaissent habituellement sur certains organes spécifiques de la plante, tels que les nœuds. Dans le cas d'une blessure, la plante produit un tissu chargé d'obturer et de réparer les parties atteintes: c'est le cal cicatriciel. Celui-ci est un siège idéal à la prolifération de nouveaux méristèmes.

La plus grande partie des plantes d'aquarium forme des tiges droites ( en position immergée ) ou rampantes ( en position émergée ) . Qu'elle que soit leur forme, elles se divisent en tiges, en nœuds qui supportent les feuilles et en entre-nœuds. Cette ramification s'effectue au niveau du pétiole des feuilles, par l'intermédiaire des bougeons auxillaires. Certaines plantes, comme les espèces de type Ludwigia ou Hygrophila, développent naturellement des ramifications de manière très intense. Ces pousses latérales sont d'ailleurs très fréquemment pourvues de racines adventives. Ces tiges latérales peuvent être facilement taillées et repiquées dans le sol en tant que boutures.
D'autres plantes à tiges ne produisent pas spontanément des pousses latérales. Pour reproduire ces végétaux par bouturage il faut sélectionner avec une lame bien effilée (ciseau ou couteau ) quelques centimètres du sommet d'une tige. Les bougeons axillaires supérieurs de la partie restante vont émettre des pousses latérales. Le sommet de la plante sera ainsi scindé en deux. La partie qui est sectionnée doit être pourvue de 2 à 4 nœuds. Ceux-ci sont porteurs de bougeons. Ce morceau de tige est ensuite planté dans le substrat. Des racines font leur apparition sur la partie enterrée. Elles peuvent se développer à partir du cal cicatriciel, des entre-nœuds ou bien des nœuds. Les bourgeons situés sur la partie émergeant du sol produisent, quand à eux, des feuilles ou des rameaux feuillés.
Que le bouturage se fasse à partir d'une pousse latérale ou de la tête d'une tige, certains auteurs préconisent d'enlever les feuilles rattachées à la partie de la tige qui va être enterrée, et cela pour éviter tout risque de pourrissement. A titre personnel, je n'adopte pas cette conduite et je l'enterre au contraire quelque feuilles avec la tige; elle permettent de bien l'ancrer dans le sol, le temps que celle-ci émette des racines, et lui évitent de remonter à la surface de l'eau au moindre mouvement d'un poisson.
En règle générale, une tige non sectionnée n'a aucune raison de créer des racines. Il existe toutefois quelques exceptions, comme les Ludwigia qui développent spontanément des racines adventives tout au long de la tige immergée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
B) La reproduction des plantes (Bouturage)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méthodes de multiplications des plantes d'aquarium
» comment multiplier mon asparagus plumosus
» Ligulaire
» Morelia spilota mâle et femelle
» Le bouturage des plantes d'intérieur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Plantes :: La culture des plantes en aquarium et la reproduction-
Sauter vers: