Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Copella arnoldi ( Characin arroseur )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Copella arnoldi ( Characin arroseur )   Dim 22 Mai - 7:47



Synonymes : Copeina arnoldi, Copeina callolepsis, Copeina carsevennensis, Copeina eigenmanni, Pyrrhulina filamentosa, Pyrrhulina rachoviana.
Historique : Décrit en 1912 par Regan, il connut depuis longtemps en aquariophilie. Les premiers individus sont été importés en Allemagne en 1905 par Oskar Kittler, de l'association aquariophile Rossmässier à Hambourg.
Habitat : Vit en bancs et dans de très petits cours d'eau plus ou moins torrentueuse. En milieu naturel, il se nourrit de petits insectes, ailés ou non, tombés à la surface.
Originaire : Guyane.
Description : Doté d'un corps très allongé, en forme de torpille, mais légèrement aplati sur les côtés. La bouche large et orientée vers le haut est caractéristique aux poissons de surface. La robe du mâle est jaunâtre elle s'enrichit d'irisations verdâtres, rouille et or. Le dos est marron et le ventre argenté. La bordure noire des écailles dessine un filet sur la partie supérieure du corps. Une fine raie foncée s'étend du museau jusqu'à l'opercule, en traversant l’œil. Ses nageoires allongées, teintées de jaune, d'orange ou de rose sont plus ou moins maculées de rouge ou discrètement bordées de noir. La caudale, marquée de rouge vif, est asymétrique. Le lobe supérieur est nettement plus allongé. La dorsale, en forme d'aileron, porte des taches blanches et noires. Les ventrales et l'anale sont discrètement bordées de noir.
Dimorphisme sexuel : La femelle est plus terne et moins grande que le mâle, ses nageoires sont aussi moins développées. Le maintenir de préférence en petit groupe d'une dizaine de sujets.
Comportement : Vif, très sociable, il ne développe une certaine agressivité qu'à l'époque du frai. Parfois de petites altercations se produisent entre les femelles, elles n'entrainent jamais de blessures.
Milieu : L'aquarium de préférence, spécifique et fermé, d’une capacité de 150 litres. Possible en aquarium ouvert, mais le niveau de l'eau est inférieur de 20 cm au minimum par rapport à la hauteur du bac. La hauteur d'eau n'est pas trop importante 40 cm suffit largement, mais d'une longueur de 100 cm. Les paramètres physico-chimiques de l'eau pH compris entre 6,5 et 7,0, Dureté de 2 à 12°dGH, température 25°C. Timide il apprécie une végétation dense (avec feuille large, Echinodorus, fougère, grande anubias, cryptocoryne, heteranthera), entrecoupée de plages libres de sable avec des pierres de lave concassées. L'intensité lumineuse du bac ne doit pas être trop puissante. Des plantes flottantes peuvent contribuer à créer des zones abritées, ne pas dépasser 25% de la surface (Nymphéa, Salvinia auriculata, Limnobium laevigatum....). Il ne faut pas oublier de rajouter quelques racines de tourbière, de demi-noix de coco. Une filtration puissante, une bonne oxygénation du milieu, un débit de l'ordre de une à deux fois le volume du bac par heure, éviter un courant de surface. Des changements d'eau hebdomadaires, de 25 à 30 % du volume environ, maintenir un taux de nitrates en dessous de 25 mgl.
Reproduction : Spectaculaire est le terme qui convient parfaitement. Placer les sujets (un petit banc d’adultes) dans un bac spécifique d'au moins 60-70 cm de longueur. Une bonne filtration. L'eau doit être préalablement « vieillie », une hauteur de 15 à 20 cm suffit. Le sol se compose d'une couche de 5 à 6 cm de sable de quartz y planter quelques plantes à feuilles larges et dépassant nettement la surface comme des Echinodorus, Anubias ... . L'espace de quelques centimètres environ 5-6 cm, est nécessaire entre l'eau et le réceptacle de ponte. Une ou plusieurs noix de coco évidées sont placées elles serviront d'abris pour la femelle élue, afin qu'elle puisse se protéger des rudesses du mâle. La température avoisine les 25°C, puis est progressivement portée à 28°C, la montée en température stimule nos « Copella arnoldi » et favorise le frai. L'alimentation a aussi un rôle très important, elle doit être diversifiée, avec des petites proies vivantes. Des simulacres d'intimidations sont observés dans le comportement des mâles qui rivalisent entre eux. Ils tournent l'un autour de l'autre, s'attaquent de front et se placent côte à côte pour éprouver leur force par des coups de queue violents. Simultanément, ils lèvent la tête en écartant les opercules et en ouvrant la bouche. Lorsque un dominant est repéré il faut faire une première sélection, enlever les autres mâles et le laisser avec les femelles en attendant que quelques pontes se réalisent, généralement tous les cinq ou sept jours. Ainsi, la femelle qui convient est sélectionnée, la deuxième sélection intervient elle consiste à enlever les autres femelles non choisies elles sont replacées dans un autre aquarium. La parade nuptiale débute par des ornements composés de combinaisons multiples et gracieuses. La femelle recherche le rapprochement avec le mâle, le poursuit et se place légèrement derrière et au-dessus de lui. Pour enfin s'accompagner parallèlement. Après avoir choisi un site de ponte, le mâle saute hors de l'eau plusieurs fois, pour humidifier le support (feuille émergée ou verre qui couvre le bac), facilitant ainsi l'adhérence des œufs. Puis d'un commun accord, les deux partenaires se collent l'un près de l'autre, juste sous la surface et à la verticale. Après quelques faux départs comme pour un réglage de haute précision. Ils s'élancent hors de l'eau. Là, suspendue en l'air, avec ses nageoires formant une sorte de ventouse, la femelle colle en quelques secondes, une dizaine d’œufs que le mâle féconde aussitôt. Puis, tous deux retombent dans l'eau et la procédure recommence. De 10 à 20 sauts sont nécessaires pour déposer jusqu'à 200 œufs, a chaque saut une dizaine d’œufs sont collés, alignés soigneusement, à l'intérieur d'une surface de 4-5 cm de diamètre environ. Après la ponte le mâle éloigne vigoureusement la femelle, il surveille, protège et se poste sous la ponte ou aux alentours. Plusieurs fois pas heure, il frappe la surface de l'eau avec sa nageoire caudale et sa tête, de cette façon il asperge les œufs et les gardes humides. À partir du moment que le frai est terminé la température du bac peut être redescendu à 25°C. Les œufs ne dépendent plus de l'élément liquide, mais doivent s'adaptés à des variations atmosphériques ( un air trop sec est néfaste pour la ponte, aquarium ouvert ), les œufs étant exposés à l'air. D'une petite taille l'éclosion à lieu au bout de2 jours avec un maximum de 3 jours, ils profitent d'une gouttelette d'eau qui tombe de la feuille pour la suivre se laissant ainsi véhiculer dans leur nouveau milieu. Dès cet instant il faut retirer le mâle pour éviter qu'il ne mange sa progéniture. Les alevins se cachent à même le sol pendant 1 à 3 jours, le temps de résorber entièrement leur sac vitellin. Puis, ils commencent tout doucement à nager, en banc, et se nourrissent immédiatement de rotifères, plancton de mare à la surface. Après une dizaine de jours, ils sont capables d'absorber des nauplies d'artémias. Il faut effectuer des renouvellements partiels fréquents de l'eau, une filtration et une aération énergiques, la croissance est normalement rapide avec une alimentation adaptée et une hygiène parfaite. La maturité sexuelle est atteinte à six mois.
Nourriture : Omnivore avec une nette préférence pour la nourriture vivante ; larves de moustiques artémias, cyclops, drosophiles ... . Les aliments lyophilisés en flocons congelés et granulés sont toutefois acceptés.
Remarques : La ponte est également réalisable sans feuillage émergé. Une surface opaque est disposée tout près du couvercle, telle une ardoise ou une feuille de plastique sombre. Mais la réception est plus brutale. Facilement effrayé, il a tendance à sauter hors de l'eau.
Remarque personnel : la reproduction est possible dans un aquarium ouvert, mais après la ponte il faut couper la feuille et la maintenir à quelques centimètres (1-2 cm) au-dessus de l'eau, dans un aquarium fermé pour maintenir une humidité constante avec un bulleur juste en dessous.
Particularités : Il est probable que le fait de les déposer hors de leur élément naturel permette de les mettre à l'abri des prédateurs aquatiques, plus à craindre que les prédateurs aériens. Sensible à la maladie des « points b1ancs ».
Taille : Mâle 8, femelle 6 cm.
Eau : pH: 6,5 à 7.Dureté : de 2 à 12°dGH.
Température : 24 à 29°C, optimal 25°C.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Copella arnoldi ( Characin arroseur )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stratégie de reproduction de Copella arnoldi
» Reproduction étonnante du copella arnoldi
» 60L Red Cherry / Copella Arnoldi
» La ponte de Copella arnoldi
» Copella Arnoldi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: characidés ( Africains, Américains ) :: characidés Américains-
Sauter vers: