Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

 Mugilogobius rexi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Mugilogobius rexi   Jeu 18 Juin - 5:18


Photo /http://estalens.fr
 
Synonyme : Inconnu.
Historique : L’holotype a été prélevé en Indonésie, le 22 Juin de 1988 par M. Kottelat. Dans le secteur de Sulawesie à l’embouchure de Batuopa River, à environ 3 km de Timampu,  proche du Lac Towuti. Le mâle mesurait 29.5 mm. Il y a actuellement 35 espèces de ce genre connus. Le genre est défini par une combinaison de caractères. La plupart des espèces se produisent dans les estuaires  aux eaux fraîches, quelques espèces sont  répandues dans le Bassin Indo-Pacifique,  d'autres limités à un seul plan d'eau.  Larson en 2001, redéfini le genre.
Habitat : il séjourne dans des zones ou la colonne d’eau n’excède  pas un mètre. L'eau est très peu chargée en nutriments, ce qui la rend cristalline, et offre une visibilité qui peut s'étendre au de-là de 10 mètres. Elle est très chaude une moyenne de 29°C, jamais en dessous de 27°C, lègèrement acaline pH 7,5-8,5 ; Dureté de 2 à 10°Dgh ; kH 2 à 6. Le sol se compose principalement de roches, de sable fin. Les  plantes aquatiques  ne sont pas nombreuses, les racines de « Barringtonia racemosa » lui servent  de refuge en cas de danger.
Originaire : Endémique de Sulawesi, dans l’ile de Salawesi ; lacs Towuti, Mahalona.
Description : Ce petit gobie de forme allongée avec  son ventre plat,  présente une robe d’un jaune vif pour le mâle et gris jaunâtre pour la femelle. Sa longueur maximale est d'environ 4 cm. Il possède 2 nageoires dorsales et deux nageoires ventrales juxtaposées. Ces dernières  en forme de ventouse  lui permette de se reposer  tout-tend douceur sur les rochers. Au sommet de la tête et derrière la zone de l’œil on peut observer quelques marbrures. Les nageoires impaires sont translucides, avec des rayons sombres. La première nageoire dorsale et deuxième au niveau submarginale présente une ligne étroite d’un brun grisâtre. Au centre de ces mêmes nageoires une ligne centrale sombre est bien présente. Les nageoires, pectorales et pelviennes sont translucides irisé d’un brun doré. Sur la ligne médiane  dorsale des mouchetures très fine sont observables celle-ci sont blondes et entouré de taches plus sombre
Dimorphisme sexuel : les mâles développent de plus grandes nageoires impaires avec des bandes sombres. Les femelles sont beaucoup plus pâles en coloration et ont des nageoires transparentes.
Comportement : l’espèce est robuste, farouche. Les mâles dominants sont territoriaux, et agressifs, l’intrus est repoussé jusqu’à ce qu’il quitte le territoire. Paisible envers les autres espèces. Creuse légèrement le sol en période de fraie. Se place au niveau des plantes en position oblique où il peut y rester un long moment sans nager.
Milieu : La maintenance pour Mugilogobius rexi n'est pas trop compliquée. Un volume de 70 litres permet d'accueillir 1 mâle et 2 femelles ; 110 litres 2 mâles et 3-4 femelles. L'agencement du volume restituera si possible le biotope naturel.  On veillera alors à multiplier les sites de ponte (cavernes), avec des pierres plates disposées en monticules pour éviter les incartades territoriaux, sans oublier des racines fines et tortueuses. Le substrat est fin, il peut être constitué en parti de sable de corail (sous réserve d’avoir analysé l’eau de conduite) pour augmenter ou maintenir une Dureté élevée et un ph haut. La végétation est ici secondaire, elle est plantée avec parcimonie dans le centre du bac et s’accroit aux abords, prévoir des végétaux ayant une bonne résistance en  eau Dure ; Triglochin striata Ruiz, Tri. Strié, Tri. fififolia, Tri. Montevidensis, Tri. Triandra, Vallisneria gracilis, Sagittaria graminea var. weatherbiana, Crassula helmsii, Ceratophyllaceae submersum. Les paramètres de l'eau ; Le pH doit être au minimum à 7,5 et si possible ne pas dépasser 8,5 ;  la dureté dans une fourchette de 2 à 10°dGH, idéal 8-10 °dGH,  le kH 2 à 6. La plage température par contre est restreinte, jamais en dessous de 27°C et jusqu’à 30°C. Une filtration avec un débit de 2 à 2½ fois maximum en une heure suffit, pour avoir une eau suffisamment brassée et limpide. Privilégier un brassage de l’eau juste après la filtration avant le retour dans l’aquarium. Le renouvellement d'une partie de l'eau une fois par semaine d'une valeur de 20 à 25 % est suffisant (supporte mal un taux de nitrate élevé) supérieur à 25 (HNO₃) et tout polluant. Éclairage fort.
Reproduction : Pour inciter un futur couple à frayer une nourriture riche en protéine est préconisée (vers de vase, vers de Grindal, artémias congelés, cyclops, crevettes, etc..). Pondeur sur substrat caché de préférence, il est important que le couple dispose de nombreuses grottes. La condition primordiale est  la qualité de l’eau, viens ensuite,  une température de 28-29°C et un éclairage de 12 heures par jour. Dans la plupart des cas, le bac d’ensemble convient  parfaitement, certains préfèrent un bac spécifique d’une cinquantaine de litres. Comme dans la plupart des cas, c’est monsieur qui commence à faire le premier pas, sa robe devient plus intense et  il s’intéresse plus particulièrement à une femelle mâture de 7-8 mois, qui possède un ventre distendus. Celui-ci commence, par rechercher le site idéal pour une ponte ; sous un rocher ou cavité, il en extrait du sable pour confectionner une sorte de nid et fixer ainsi son territoire. Puis, il par courtiser madame  en  se plaçant entre le nid et cette dernière  en orientant son corps dans sa direction, agite ses nageoires dorsales, tressaille de tout son corps et termine par des petits bonds pour attirer son attention.  Cette opération de séduction est répétée plusieurs fois par jours (2 à 3 jours).  Quand madame  est enfin décidé, les choses sérieuse peuvent alors commencer. Celle-ci dépose en règle générale le matin plus de 500 œufs microscopiques, contre de la voute, de forme ovoïde et translucides, qui sont fécondés par le mâle. Puis la ponte terminée, le géniteur sans ménagement chasse la femelle (il faut retirer celle-ci et la mettre en sécurité dans un autre bac), s'occupant seul de la progéniture. Les ventilant et débarrassant la ponte des œufs non fécondés et attaqués par des mycoses. Pendant cette période le mâle ne s'alimente presque plus tellement que la tache lui est importante. Les naissances débutent vers le cinquième jour, pour une eau à 28°C, à partir de ce moment il faut retirer le mâle, car il y a un risque de cannibalisme. Les alevins sont très petits, ils vont commencer à se nourri au bout de 2 jours, après avoir consommés leurs sacs vitellins. Leurs premières nourriture sera uniquement à base de phytoplanctons, et de protozoaires, puis de rotifères et de nauplies d’artémias avec de la spiruline, puis des vers de Grindal etc. Pendant cette période il faut toujours porter une grande attention aux paramètres physico-chimiques, un Kh bas est préférable,  la température ne doit pas varier, sans oublier les éternels changements d'eau en petite quantité et régulièrement, ainsi que l'hygiène du bac.
Nourriture : Il est nécessaire d'apporter de la nourriture vivantes ; Petites proies vivantes; Larves de moustiques, Tubifex, Enchytrées, Daphnies, Cyclops, Gammares, petits vers, crevettes, chair de poissons. Aliments congelés, lyophilisés
Particularité : Il faut savoir que les nageoires pelviennes des Gobiidés sont soudées, au moins partiellement et forment une ventouse grâce à laquelle le poisson peut se fixer solidement aux supports. L’espèce est très sensible aux variations, comme des baisses brutales de la température au moment des changements d’eau.
Taille : Mâle, femelle 3,5 à 4 cm.
Eau : pH: 7,5 à 8,5. Dureté : de 2 à 10°dGH, idéal 8-10 °dGH, kH 2 à 6.
Température : 27 à 30°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Mugilogobius rexi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mugilogobius rexi [GOBIE]
» Mes petits pensionnaires
» [résolu]Quelle espèce de Gobie? - Mugilogobius amadi cf
» Reproduction Mugilogobius cf amadi
» Vos questions et réponses sur les différents biotopes de L'Indonésie Sulawesi par Heiko Bleher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: poissons osseux-
Sauter vers: