Ce forum vous permettra de partager la passion de l'aquariophilie dans tous ses domaines en eau douce, avec des sujets qui conviendront aux débutants comme aux confirmés.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Prochaine publication
Prochainement une nouvelle fiche sur '' Corydoras pulcher"
Derniers sujets
Horloge
Sujets les plus vus
Comment réduire ou augmenter le pH de votre aquarium
Savoir tout sur les Platys et leurs formes
( 4 ème partie ) L'élevage des daphnies
savoir tout sur les Porte-épées ( xiphos variés )
Macro et micro-éléments
Savoir tout sur le Betta splendens ( Combattant )
Andinoacara rivulatus ( Acara à bandes blanches )
La maladie du velours ou oodiniose
Artemies (Artemia salina)
Protopterus annectens annectens ( Dipneuste africain )
Le Traducteur
LES VIDEOS
Pub1
Forum

Partagez | 
 

  Rasbosoma spilocerca (Rasbora-nain ciseaux)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
URNAC
Admin


Messages : 813
Points : 2445
Date d'inscription : 12/08/2009
Age : 57
Localisation : saint malo

MessageSujet: Rasbosoma spilocerca (Rasbora-nain ciseaux)   Mer 25 Mar - 3:58


Photo /http://estalens.fr

Synonyme : Inconnu.
Historique : La première description de l'espèce type remonte à 1987 par Rainboth  et Kottelat . Le genre Rasbosoma ne comporte que cette espèce, elle est  donc monotypique à ce jour.
Habitat : L’espèce est très présente dans le sud Est de la Thaïlande, avec la retenu du barrage de « Sirindhorn » formé à partir de la rivière Dom Noi,  secteur de Sirindhorn et de Ubon Ratchathani. Dans le nord Est de la Thaïlande dans la province de Nong Khaï, le barrage « Bung Khong Long » ou figure une grande zone humide «  Kud Ting », qui couvre aussi la province de Nakhon Phanom. La partie centrale de la province  de Nakhon Nayok  (rivière  qui porte le même nom). Dans une zone de marécage tourbeux temporaire  du bassin de Bangpakong, District de Pakpee. Au Cambodge se trouve une importante population dans le lac Tonlé Sap (plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud-Est). Lors d’une crue, le lac envahit les forêts et les champs avoisinants. L'écosystème du Tonlé Sap est reconnu comme un écosystème de forêt inondée, +16 000 km2. Il aime évoluer dans des zones peux profondes, en eau claire parmi la végétation dans les marais, marécages et bien sûr les plaines inondables.
Originaire : D’Asie ; Bassin inférieur du Mékong;  Cambodge, Laos,  Birmanie, Thaïlande.
Description : L’espèce se distingue par sa petite taille 3 cm, dans la nature il atteint les 4 à 5 cm. Son corps est mince, comprimé et transparent. Les flancs sont argentés avec une bande latérale qui commence derrière l’opercule pour se terminer au niveau du pédoncule caudal. Sa nageoire caudale est en forme de ciseaux, d’où son surnom, celle-ci  est teinté de jaune et de noir. La nageoire dorsale présente une tache noire ainsi que la nageoire anale, présence d’une tache aussi à la base du pédoncule caudal. Sa tête est munie d’un museau court son œil est ample.
Dimorphisme sexuel : Le mâle est  légèrement plus petit, a un corps plus svelte et  la robe à des colorations plus vives.
Comportement : Poisson très grégaire, paisible, voir timide. Un bac spécifique lui convient mieux qu’un bac général. Pour maintenir une population dans de bonnes conditions, il faut au minimum  15 sujets, qui évoluent parmi  une végétation abondante.
Milieu : Un bac d'un volume de 50 litres, est suffisant pour une petite quinzaine d'individus. Un éclairage intense, 1 watt pour 2 litres d'eau, avec  des zones de végétation très dense, pour atténuer fortement l’intensité lumineuse et procurer ainsi  une certaine sécurité à votre « Rasbosoma spilocerca ». Voici les végétaux qui correspondent à son biotope ; Utricularia aurea, Utricularia species, Utricularia gibba, Hydrilla verticillata, Najas graminea, Najas indica, Eleocharis dulcis, Nymphoides indica, Nymphaea lotus, hygroryza aristata. Le fond est recouvert d'une couche de sable type Loire de préférence de couleur sombre. Des éléments décoratifs, comme des racines de tourbières participent à se rapprocher de son environnement naturel. Un petit filtre, avec un débit d'environ une 1 fois le volume par heure,  est suffisant pour garder une eau cristalline. L’espèce n’est pas  trop exigeant en ce qui concerne la composition de l'eau, à condition de ne pas passer dans les extrêmes, celle que vous lui offrez doit rester dans des moyennes acceptables, pH 6,0 à 7,0 et Dureté entre 2 et 9°dGH maximum. Température optimal dans la fourchette des 22-27°C. Changement d'eau hebdomadaire de (15 à 20 % par semaine). Nettoyage des filtres toutes les 4 semaines.
Reproduction : Diffuseur d’œufs.  Mais dans tous les cas, il est important de distribuer aux futurs géniteurs, plusieurs semaines avant, une nourriture de qualité et abondante (des proies vivantes, nauplies d’artémias, petites daphnies).Comme pour la pluparts du temps, le frai est identique ou très proche des autres petits Cyprinidés. Cette espèce est très facile à reproduire et se déroule aussi dans l'aquarium d'ensemble. Mais mieux vaut prévoir un bac spécifique, dans lequel introduire un couple ou encore un groupe, si vous désirez récupérer les œufs. Un bac d'une quarantaine de litres rempli d'eau un peu vieillie est amplement suffisant pour la reproduction, de plusieurs couples.  Placé de manière à bénéficier des quelques rayons matinaux du soleil. L'eau provient du bac d'ensemble, les paramètres physico-chimiques ne sont pas contraignants ; pH 6,8-7,0; idéal 7,0.  Dureté 4°dGH, température  de  23°C. Un petit exhausteur permet de filtrer et d’aérer le milieu. Des billes de verres ou d’argiles recouvrent le fond de la cuve, dessus est rajouté un grillage au maillage très fin (3mm), laissant les œufs minuscules passer au travers et ainsi soustraire ceux-ci à la voracité des parents. Puis terminer par une bonne couche de mousse de Java ou une autre plante aux feuillages très fins, de 8 à 10 cm d'épaisseur. Les végétaux sont maintenus à l’aide d’un fil de nylon ou autre sur le grillage. L'ensemble est faiblement éclairé. Les poissons ne tardent pas à pondre, souvent dans les 24 heures suivant leur introduction. Il n'y a pas de règle absolue quant au moment de la ponte puisqu'ils se reproduisent aussi bien au lever du jour qu'en fin d'après-midi. Lorsque la parade nuptiale débute, la robe du mâle s’intensifie une coloration rosâtre apparait sur son corps les nageoires deviennent plus jaune. Le mâle poursuit alors la femelle, virevoltant autour d'elle toutes nageoires déployées, parfois accompagné d'un frémissement du corps. Il  va jusqu'à porter des petits coups de museau sur les flancs de sa compagne. Lorsqu'enfin elle cède à sa cour, ils se dirigent tous deux vers le site de ponte constitué par les touffes de plantes. La femelle s'y engage la première, s'enfonçant un peu parmi le feuillage fin; elle est alors vite rejointe par son compagnon qui vient presser ses flancs contre les siens, adoptant une position légèrement oblique tandis que sa queue est recourbée au-dessus du dos de sa partenaire. L'étreinte est brève et peu productive: il n'y a souvent qu'un seul œuf expulsé à la fois. Les œufs non adhésifs resteront parmi les plantes ou bien couleront sur le fond du bac. En général, les parents les ignorent, mais ils peuvent toutefois en avaler quelques-uns. Après l'accouplement, le mâle reprend aussitôt sa cour, cherchant et poursuivant activement sa compagne qui se repose entre deux étreintes. Le contraste entre la phase de séduction très mouvementée et l'étreinte plutôt calme est saisissant. Le frai dure largement plus d'une heure, parfois deux, mais la production d'œufs reste faible. Ces poissons peuvent pondre en groupe, mais il y aura toujours quelques individus qui préféreront chasser les œufs plutôt que de participer aux ébats. Il est préférable d'enlever les parents après la ponte. Les alevins éclosent au bout de vingt-quatre à trente-six heures, selon la température. De couleur sombre, ils restent alors fixés sur les parois de l'aquarium ou sur les plantes à l'aide d'une glande céphalique adhésive. Il faudra attendre encore trois jours pour qu'ils résorbent leur vésicule et nagent. Malgré leur petite taille, ceux-ci se déplacent relativement vite. C'est aussi le moment de les nourrir avec des  infusoires ; paramécie, nauplies d’artémias durant les premières semaines. Puis plus tard des micro-vers, distribués avec un petit peu de nourriture sèche très fine. Bien nourris, les jeunes grandissent rapidement. Une eau propre est indispensable pour leur bon développement, ce qui implique de fréquents changements d'eau. Plutôt que d'effectuer un remplacement d'eau massif de temps à autre, mieux vaut changer de petits volumes à intervalles réguliers, par exemple 5 à 10 % par jour.
Nourriture : Peu exigeant, mange toutes sortes de nourritures en flocons, congelé, du vivants ; vers de vase, nauplies d'artémias, mais aussi les cyclops, les daphnies. Ils apprécient les petits insectes tels que les drosophiles, connus aussi sous le nom de Mouche du vinaigre.
Particularité : L’espèce n’apprécie pas des changements brutaux du milieu et de l’eau trop neuve.
Taille : Mâle 3,0 ; femelle 3,5 cm. Dans la nature il atteint une taille de  4 à 5 cm.
Eau : pH: 6,0 à 7,0 optimal pH : 6,6-6,8. Dureté : de 3 à 8°dGH, optimal 4-6°dGH.
Température : 22 à 26°C,  optimal 23-24°C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aquabulle.forumperso.com
 
Rasbosoma spilocerca (Rasbora-nain ciseaux)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rasbora nain (Boraras maculatus)
» Boraras maculatus ----- Rasbora Nain
» Nano facile et beau? ou pas!
» Quel poisson pour moins de 20l?
» Rasboras maculatus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aquabulle :: Les différents groupes de poissons :: cyprinoidés-
Sauter vers: